Aller au contenu principal

Palmarès première section

Période 2014-2015: Laurence Boon et Miikka Vikkula

"Rapamycin improves TIE2-mutated venous malformation in murine model and human subjects"

PRÉSENTATION DE Mme LE Pr L. BOON et M. LE Pr M. VIKKULA   

Lauréats du PRIX DU CONCOURS ORDINAIRE DE LA PREMIÈRE SECTION (2014-2015)   

par L. DELATTRE, membre titulaire      

Le concours de la première Section pour la période 2014-2015 portait sur un travail de recherche fondamentale qui a mené ou peut mener en quelques années à un nouveau traitement expérimental d’une maladie humaine chronique.

Le jury, dont faisaient partie les Professeurs V. del Marmol, G.Vassart et moi-même, a proposé d’octroyer le Prix à Madame Laurence Boon et à Monsieur Miikka Vikkula, tous deux professeurs à l’UCL, pour leur mémoire commun portant sur la découverte d’une thérapie médicamenteuse pour les malformations veineuses.

Madame Laurence Boon est coordinatrice du Centre des Malformations vasculaires des Cliniques Universitaires Saint-Luc et Monsieur Miikka Vikkula appartient au Laboratoire de Génétique moléculaire humaine à l’Institut de Duve, UCL. Ces deux lauréats ont mené depuis plus de vingt ans des études en vue de faire progresser la compréhension de la pathogenèse des anomalies vasculaires.

Le jury a considéré que leur mémoire commun sur les malformations vasculaires est un exemple réussi de collaboration entre recherche fondamentale et recherche clinique conduisant à un progrès thérapeutique.

Le jury présente aux lauréats ses très vives félicitations et je les invite à exposer les détails de leur découverte.

DÉCOUVERTE D’UNE THÉRAPIE MÉDICAMENTEUSE POUR LES MALFORMATIONS VEINEUSES

par Mme  le Pr Laurence BOON (UCL), et M. le Pr Miikka VIKKULA (UCL)

La malformation veineuse est un type d’angiome qui touche environ une personne sur 2.000 (+/- 6.000 personnes en Belgique). Cette maladie chronique, actuellement rarement guérissable, est une anomalie localisée des veines qui peut envahir n’importe quelle partie du corps. Souvent très étendue, elle s’accompagne de douleurs quotidiennes très invalidantes, de faiblesses musculaires, de saignements, etc. La qualité de vie de ces patients en est fortement réduite et ils se voient incapables de mener une vie normale.

En 2009, nos équipes ont découvert la cause majeure de cette maladie, soit une mutation qui survient sur le gène baptisé TIE2. Grâce à cette découverte, en collaboration avec l’équipe du Pr Joyce Bischoff (Harvard Medical School, Boston), nous avons pu créer, pour la première fois, un modèle de cette pathologie en implantant chez la souris des cellules humaines contenant la mutation à l’origine de la malformation veineuse. Ces souris ont ainsi développé des lésions identiques à celles que l’on trouve chez l’homme.

La poursuite de notre recherche nous a permis de découvrir que plusieurs molécules, dont la protéine mTOR (mammalian target of rapamycin), étaient anormalement hyperactives dans les malformations veineuses. La rapamycine, un inhibiteur de la molécule mTOR, est un médicament utilisé depuis de nombreuses années pour d’autres pathologies. Afin de tester son efficacité potentielle pour traiter les malformations veineuses, nous avons donné ce médicament aux souris porteuses de malformations veineuses. Après un mois de traitement, nous avons objectivé un arrêt de croissance des lésions.

Confortés par ces expérience chez la souris, nous avons mené une étude clinique sur quelques patients présentant des troubles fonctionnels majeurs détériorant leur vie quotidienne, et ce malgré de multiples traitements conventionnels (chirurgie et sclérothérapie). Ces patients ont vu leur qualité de vie transformée. Plus spécifiquement, l’étude clinique a montré que la qualité de vie des patients a augmenté de 30 à 90% ; la douleur, symptôme présent chez tous les six patients, a rapidement diminué (de 8/10 à 3/10 en moyenne), les saignements journaliers, présents chez deux des six patients et responsables d’anémie chronique, se sont arrêtés et la taille des lésions a diminué (>15%).

Ces études ouvrent la porte à de nouvelles perspectives pour le traitement des angiomes. Notre étude a démontré qu’il est possible de traiter une malformation veineuse, et ainsi très probablement d’autres malformations vasculaires par un traitement médicamenteux. En effet, nous avons déjà élargi les indications vers des malformations vasculaires combinées et lymphatiques. Une trentaine de patients ont maintenant bénéficié de ce traitement dans une étude clinique multicentrique européenne en cours avec des résultats préliminaires aussi impressionnants. Ainsi, la rapamycine offre un nouvel espoir à ces patients condamnés à vivre avec leur invalidité fonctionnelle liée à leur malformation veineuse et pour laquelle les traitements conventionnels n’étaient plus efficaces. De plus, la création du modèle permet de chercher d’autres molécules potentiellement encore plus efficaces.

Dans le Centre des Malformations vasculaires des Cliniques universitaires Saint-Luc, nous suivons annuellement quelques 2.000 patients avec une anomalie vasculaire. Le centre est devenu une référence majeure dans le secteur, tant au niveau national qu’international. Pour mieux aider et informer ses patients, nous avons fondé une association de patients, VASCAPA (vascular anomaly patient association – www.vascapa.org), avec laquelle nous allons fêter, le 17 septembre 2016, les 25 ans du centre.

Reference :

Rapamycin improves TIE2-mutated venous malformation in murine model and human subjects.

Boscolo E., Limaye N., Huang L., Kang KT, Soblet J., Uebelhoer M., Mendola A., Natynki M., Seront E., Dupont S., Hammer J., Legrand C., Brugnara C., Eklund L., Vikkula M.*, Bischoff J.*, Boon LM*. (* = equal contribution), J. Clin. Invest.Sep;125(9):3491-504, 2015.

Période 2011-2012 : Patrick Gilon

"Le contrôle de la sécrétion de glucagon par le glucose et les modulateurs des canaux KATP"

PRÉSENTATION DE M. le Dr P. GILON

par W.J. MALAISSE, membre honoraire

 

Monsieur le Secrétaire perpétuel,

Monsieur le Président,

Chers Collègues,

Mesdames et Messieurs,

La question posée par la première Section de l’Académie (2011-2012) était énoncée «On demande de nouvelles recherches en physiologie moléculaire, cellulaire ou tissulaire».Les membres du Jury étaient les Professeurs Louis Hue et André Scheen, ainsi que votre serviteur en tant que rapporteur et Président. La seule candidature reçue pour le Prix était celle du Dr Patrick Gilon. La proposition unanime du Jury était d’attribuer le Prix à ce candidat. Le Dr Patrick Gilon, âgé de 51 ans, est Professeur extraordinaire part-timeà l’Université Catholique de Louvain et Directeur de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique au Pôle d’Endocrinologie, Diabétologie et Nutrition de la même Université. Son dossier de candidature intitulé «Le contrôle de la sécrétion de glucagon par le glucose et les modulateurs des canaux potassiques sensibles à l’ATP» portait sur trois publications dont le Dr Patrick Gilon était toujours le dernier auteur. La première publication parue dans FEBS Letters en 2007 concernait un nouveau modèle pour l’identification aisée des cellules alpha vivantes productrices de glucagon du pancréas endocrine. La deuxième publication parue dans Diabetes en 2009 avait pour objectif d’identifier les mécanismes par lesquels le glucose, d’une part, et les modulateurs pharmacologiques des canaux potassiques sensibles à l’ATP, d’autre part, contrôlent la concentration cytosolique du calcium ionisé dans les cellules alpha de souris. Enfin, le troisième article publié en 2013 également dans Diabetes concernait la participation des canaux potassiques au contrôle de la sécrétion de glucagon par les îlots pancréatiques de souris exposés a tolbutamide ou au glucose, l’accent étant mis tant sur l’effet direct de ces sécrétagogues sur les cellules alpha que sur des mécanismes indirects paracrines.Je vous remercie pour votre attention et donne à présent la parole au Dr Patrick Gilon.

Résumé du Dr Patrick Gilon

LE CONTRÔLE DE LA SÉCRÉTION DE GLUCAGON PAR LE GLUGOSE ET LES MODULATEURS DES CANAUX KATP

Le glucagon sécrété par les cellules α des îlots de Langerhans joue un rôle essentiel dans la correction de l’hypoglycémie. Sa sécrétion est physiologiquement contrôlée par des nutriments, des hormones et des neurotransmetteurs. Les mécanismes par lesquels le glucose inhibe la sécrétion de glucagon sont toujours méconnus. En particulier, on ignore si l’effet glucagonostatique du glucose résulte d’un effet direct sur les cellules α ou d’un effet indirect impliquant la libération d’un facteur paracrine inhibiteur issu des cellules β sécrétant l’insuline ou des cellules δ sécrétant la somatostatine. Cette revue synthétise les différentes hypothèses de l’effet glucagonostatique du glucose, et présente nos propres résultats. En particulier, nous montrons que dans les cellules α, tout comme dans les cellules β, les canaux KATP traduisent les changements de métabolisme cellulaire en changement de potentiel membranaire et d’influx de Ca2+ à travers les canaux Ca2+ voltage-dépendants. Une fermeture directe des canaux KATP des cellules α stimule la sécrétion de glucagon et ne serait, dès lors, pas responsable de l’effet glucagonostatique du glucose. Par contre, la sécrétion de glucagon est puissamment inhibée par la somatostatine libérée des cellules δ et une fermeture directe des canaux KATP des cellules δ stimule la libération de somatostatine entraînant une inhibition de la sécrétion de glucagon. Ces effets, direct et indirect, provoqués par, respectivement,  la fermeture des canaux KATP des cellules α et δ devraient être gardés à l’esprit lors de l’utilisation de sulfonylurées hypoglycémiants pour traiter le diabète et corriger l’hyperglycémie.

Période 2008-2009 : Christophe Pierreux

"Formation des épithelia de structures tubulaires", présenté en réponse à la question "On demande des recherches sur la formation des épithelia"

PRÉSENTATION DE M. LE Dr Ch. PIERREUX,

par A. FERRANT, membre titulaire

Le jury a considéré que les deux mémoires présentés, œuvrant dans deux domaines de recherche différents, sont de grande qualité, et qu’il est difficile de les départager. Néanmoins, après relecture, ainsi qu’au vu de la présentation du mémoire, de la qualité des recherches, des perspectives présentées, et de la maturité scientifique du candidat, il a été suggéré de placer en premier Christophe Pierreux. Cependant, il y a lieu de soutenir les travaux d’un grand intérêt d’Arnaud Florins. Dès lors, il a été proposé que le prix de la première section soit attribué à Christophe Pierreux, et que la médaille de notre Compagnie couronne la recherche d’Arnaud Florins.

Christophe Pierreux est Docteur en Sciences biomédicales, diplôme obtenu avec brio aux FUNDP. Son doctorat a été réalisé dans l’unité Hormones et Métabolisme à l’Institut de Duve, sous la supervision des Professeurs G. Rousseau et F. Lemaigre et a porté sur le contrôle par les glucocorticoïdes et par l’insuline de gènes transcrits dans le foie. Il a effectué un stage post-doctoral dans le « Developmental signalling Laboratory » sous l’égide de l’ « Imperial College Cancer Research Fund » à Londres, où il étudie les signaux de transduction et la régulation transcriptionnelle durant le développement précoce des vertébrés. Il effectue actuellement ses recherches dans l’unité de biologie cellulaire, Institut de Duve à l’U.C.L. Il est chercheur qualifié F.N.R.S.Ses nombreuses publications sont de haut niveau, dont une a fait l’objet d’un éditorial dans la prestigieuse revue « Gastroenterology ».Les résultats des études ont permis de proposer un nouveau mécanisme de formation des canaux pancréatiques, ainsi qu’un modèle de maladie polykystique du rein. La pertinence des travaux réalisés au niveau du rein tient du fait que le facteur de transcription ZONAB, en régulant l’équilibre entre différentiation et prolifération, pourrait intervenir dans le développement d’un cancer, le carcinome rénal à cellules claires.

pour son travail intitulé "Homéostasie du compartiment lymphocytaire périphérique au cours de la leucémogenèse induite par le virus de la leucémie bovine", présenté en réponse à la question "On demande des recherches dans le domaine des sciences biomédicales fondamentales"

PRÉSENTATION DE M. LE Dr A. FLORINS,

par A. FERRANT, membre titulaire

Arnaud Florins est ingénieur chimiste et des bioindustries, et effectue ses recherches, qui ont abouti au titre de Docteur en Sciences, dans le service de biologie cellulaire et moléculaire de la Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux. Il a toujours été attiré par les sciences et les mathématiques. L’opération Télévie a été pour lui un élément déclenchant dans le choix de ses études, dont il appréciait les matières, et qu’il espère exploiter pour mieux comprendre la leucémogenèse, et ainsi être utile à ses malheureux concitoyens victimes de cette maladie. C’est ainsi que le thème de la thèse qu’il a présentée est l’étude de la leucémie dans un modèle ovin. Les publications sont nombreuses et de qualité remarquable et enviable. Il est chargé de recherches F.N.R.S.

Le  but  de  ses  travaux  est  d’étudier  les  facteurs  intervenant  dans  l’homéostasie  lymphocytaire chez des moutons infectés par le virus de la leucémie bovine, qui constitue un modèle in vivo d’infection par rétrovirus responsable de leucémie, cette leucémie étant apparentée à celle induite par le virus HTLV chez l’homme. Ce modèle est à la base d’approches thérapeutiques élégantes.

Période 1999-2000 : Jean-Christophe Jonas

"Rôle possible du gène de réponse précoce c-myc dans la perte de différenciation et de fonction des cellules B pancréatiques soumises à une hyperglycémie chronique", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches dans les domaines fondamentaux de la médecine"

Période 1996-1997 : Jean-Pierre Brion

"Dégénérescences neurofibrillaires et nodifications précoces du cytosquelette neuronal dans la maladie d'Alzheimer et dans des modèles expérimentaux", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur la physio-pathogénie des anomalies morphologiques du cytosquelette neuronal dans la maladie d'Alzheimer"

Période 1993-1994 : Philippe Lefèbvre

"Biologie cellulaire de la prévention et du traitement des surdités neurosensorielles", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches concernant les sciences fondamentales de la médecine"

Période 1990-1991 : Jean-Marie Maloteaux

"Receptor regulation in neuronal cells", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches dans les domaines fondamentaux de la médecine"

Période 1987-1988 : Cécile Materne-De Rycker

"Contribution à l'étude de la conductine au sodium du cerveau humain", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur les sites de conduction ionique du cerveau humain"

pour son travail portant sur l'étude et la mise en évidence de facteurs digitaliques dans des extraits cardiaques de mammifères et présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur les substances digitaliques endogènes des mammifères"

Période 1984-1985 : Danielle Swinne et Jean-Pierre Musengola-Lumbila

Période 1981-1982 : D. Lagneaux

"Résorption de CO2 et de N2O à partir de poches gazeuses sous-cutanées néoformées", présenté en réponse à la question "On demandes des recherches originales dans le domaine des sciences fondamentales de la médecine"

Période 1978-1979 : Alex Bollen

"Génétique, structure et fonction du ribosome bactérien", présenté en réponse à la question " De nouvelles recherches sont demandées dans le domaine des sciences médicales fondamentales (morphologie, physiologie, biochimie ou pharmacologie)"

Période 1975-1976 : Jean Desclin, Jean-Marie Gillis et Karl Hainaut

"Nouvelles recherches morphologiques et expérimentales sur les fibres grimpantes cérébelleuses chez le rat", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur les fibres grimpantes du cervelet"

"Le rôle des parvalbumines dans le contrôle de la contraction musculaire" et présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur le contrôle moléculaire de la contraction"

"Contribution à l'analyse des mécanismes physiologiques réglant la concentration du Ca2+ cytosolique dans la cellule musculaire au repos et pendant la contraction" et présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur le contrôle moléculaire de la contraction"

Période 1968-1970-1972 : R. Bassleer, Louis Hue et André Zanen

"Contribution à l'étude du nucléole au cours du cycle cellulaire. Une analyse cytologique et cytochimique réalisée dans des fibroblastes normaux et dans des cellules tumorales d'Ehrlich", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches cytologiques, de préférence de cytochimie quantitative, sur le nucléole"

pour son travail intitulé "La transformation du fructose 4-³H en glycogène hépatique", présenté en réponse à la question "On demande des recherches sur le métabolisme du fructose dans le foie"

"Les potentiels précoces de l'oeil humain", présenté en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur le potentiel photorécepteur  précoce de l'oeil humain"

Période 1962-1964 : J. Mulnard

"Aspects cytochimiques de la régulation de l'oeuf de souris après destruction d'un blastomère du stade II. I. La phosphomonoestérase acide", en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur les aspects métaboliques de la régulation dans l'oeuf des mammifères".

Période 1959-1961 : Christian Coërs

"Analyse critique et essai d'interprétation des anomalies morphologiques de la jonction neuro-musculaire en pathologie humaine", en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur la morphologie de la jonction neuromusculaire chez l'homme".

Période 1947-1949 : R. Van Geertruyden

pour son travail présenté en réponse à la question "On demande des recherches sur les possibilités d'intervention expérimentale sur le tractus digestif des mammifères"

Période 1934-1936 : E. J. Bigwood, J. Thomas et H. Herbo

"Du mécanisme de la déshydrogénation enzymatique des purines", en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur le mécanisme de la respiration cellulaire"

Période 1920-1922 : Clevers et Goormaghtigh

"Le rôle du cortex surrénal et de la glande thyroïde au cours de la vaccination antivariolique", en réponse à la question "On demande de nouvelles recherches sur l'influence qu'exercent les glandes endocrines sur les phénomènes d'immunité"

Période 1909-1910 : Paul Erculisse

pour son travail présenté en réponse à la question "On demande des recherches originales sur le degré d'alcalinité des liquides organiques"

Période 1904-1905 : René Sand

pour son travail présenté en réponse à la demande suivante: "Déterminer par des recherches originales la signification de la neurophagie dans les diverses parties du système nerveux"

Période 1900-1903 : Hercule Joris

pour son travail présenté en réponse à la demande suivante: "Etablir par de nouvelles recherches les rapports anatomiques des neurones entre eux"

Période 1891-1893 : Verstraeten et Vanderlinden

Période 1888-1890 : O. Vander Stricht

pour son travail présenté en réponse à la demande suivante: "Déterminer par de nouvelles recherches le mode de formation des globules rouges et blancs du sang"

Période 1879-1882 : E. Lahousse