Aller au contenu principal

Membre

VAN CANGH Paul Joseph

Membre belge honoraire

3e Section

Lieu de naissance : Bruxelles
Date de naissance : 14/08/1943
Lieu de décès : Woluwé-Saint-Lambert
Date de décès : 14/04/2019
  • Spécialité : Urologie - Cancer des voies urinaires - Lithiase urinaire
  • Affiliation principale : Professeur à l'Université catholique de Louvain.
  • Election membre : 15/05/1993
  • Titularisation : 21/10/2006
  • Honorariat : 14/04/2018
Notice biographique :

Le Professeur Paul Van Cangh est diplômé Docteur en médecine, chirurgie et accouchements en 1967 à l'UCL, il se spécialise d'abord en chirurgie (UCL et Harvard University, Boston, Mass.) et ensuite en Urologie à l'ULB, à Paris VI et à l'Université de Californie à Los Angeles, EUA.

Il est nommé consultant dans le service de Transplantation,  Professeur clinique et chef du service d'Urologie à l'UCL en 1982. Il est nommé Professeur clinique ordinaire à l'UCL en 2001. Depuis son éméritat en 2008, il est Consultant dans le service d'urologie de l'UCL.

Il est le  récipiendaire de nombreuses distinctions scientifiques et honorifiques, dont la médaille W. Gregoir de l'Association Européenne d'Urologie et la Karl Storz Lifetime Achievement Award in Endourology de la société mondiale d'Endourologie.

Il est membre de nombreuses sociétés scientifiques nationales et internationales. Il est élu membre titulaire de l'Académie Royale Belge de médecine en octobre 2006, et membre étranger de l'Académie Nationale de Chirurgie de Paris en novembre 2005.

Le Professeur Van Cangh est auteur et coauteur de publications dans le domaine de l'uro-oncologie, de la lithiase urinaire et de Endourologie minimalement invasive.

par Bertrand TOMBAL, membre associé  

Chère Madame Van Cangh,
Chers Membres de la famille de Monsieur Van Cangh,
Monsieur le Président,
Monsieur le Secrétaire perpétuel,
Chers Collègues, Mesdames et Messieurs,

Le 14 avril 2019 décédait le Professeur Paul J. Van Cangh, un urologue visionnaire, rigoureux, très aimé de ses patients. Il laissait dans le deuil son épouse Dominique, leurs enfants Christophe, Caroline et Sophie et sept petits-enfants.
Un des pères fondateurs de l’Urologie belge moderne, il laissait également dans le deuil une génération entière d’urologues belges et étrangers à qui il avait transmis, au-delà de la science, une philosophie de la médecine basée sur la rigueur, la résilience dans la difficulté et le sens du service infaillible au patient.
Paul Van Cangh était membre titulaire de l'Académie royale de Belgique depuis 2006, après avoir eu l'honneur de devenir membre étranger de l'Académie nationale de chirurgie de Paris en 2005.
Il était né à Bruxelles le 14 août 1943. Il est devenu médecin à l'Université catholique de Louvain en 1967, où il a commencé sa spécialisation en chirurgie, qu'il a ensuite poursuivie à la Harvard University de Boston aux États-Unis. À son retour en Belgique, il débute au poste d’assistant en Urologie à l'Université libre de Bruxelles dans le service du Professeur W. Gregoir. Il embarque sa famille par la suite en France, où il a travaillé à Paris, sous la direction du professeur R. Kuss et à l’UCLA à Los Angeles sous la direction du Professeur J. B. de Kernion. C’est là qu’il allait rencontrer le Professeur P. Walsh, pionnier de la prostatectomie radicale totale au John Hopkins Hospital à Baltimore. Paul Van Cangh a été un des grands artisans de la diffusion de cette technique opératoire en Europe. Ensemble, ils opéreront en août 1991 le défunt Roi Baudouin.
A son retour en Belgique, il est nommé consultant dans l'unité de transplantation de la clinique universitaire de l'Université catholique de Louvain. En 1982, il succède au Professeur Brenez à la tête du Service d'Urologie de la Clinique Universitaire Saint-Luc. Avec son sourire narquois, sa petite moustache et sa barbe pointue, souvent comparé au professeur Tournesol de Tintin, il allait sortir l’urologie de l’opéra-comique pour en faire une spécialité reconnue, appréciée, basée sur la science, la rigueur et le respect des malades. Il est nommé Professeur ordinaire clinique d'Urologie en 2001 par l’Université catholique de Louvain.
Paul Van Cangh était ambitieux, car l'ambition est un enthousiasme avec un but. Il était aussi perfectionniste, notamment en tant que chirurgien. Il estimait qu'il y avait toujours place à l'amélioration. Un travailleur acharné, infatigable, et un exemple de discipline et d'honnêteté pour ses collègues et assistants.
Paul Van Cangh était fasciné par l’urologie endoscopique. Cette chirurgie, qu’on n’appelait pas encore minimally invasive, permettait soudain de remplacer des interventions complexes, telles que la lithotomie délabrante du serment d’Hippocrate, par des procédures élégantes, ingénieuses et peu traumatiques. On allait plus couper pour la pierre. En effet, il allait en particulier s’attacher au traitement des lithiases complexes du bassinet et des malformations du haut appareil. Il reste auteur de publications de référence dans le domaine de la lithotomie percutanée et de l’endopyelotomie des syndromes de la jonction pyelourétérale. Il se passionnait pour l’instrumentation, créant son propre lithotripteur pneumatique et ultrasonique, le SWISS lithoclast master, qui résistera jusqu’à il y peu à la concurrence des lasers.
Son rayonnement international en endourologie sera récompensé par de nombreuses distinctions scientifiques et honorifiques. En 2009, au terme de sa carrière clinique ordinaire, il reçoit la médaille Willy Gregoir de l’Association européenne d’Urologie, pour sa contribution significative au développement de la spécialité urologique en Europe. Il reste le seul belge à ce jour à avoir reçu ce prix prestigieux. Remis en commémoration de son premier grand maître en Urologie, ce prix est certainement celui qui lui tenait le plus à cœur. En 2012, il recevra également le Karl Storz Lifetime Achievement Award de la Société Internationale d’Endourologie. Ce prix est attribué chaque année à un urologue endoscopiste expérimenté dont les contributions au cours la carrière ont eu un impact majeur sur le domaine de l’endourologie.
En parallèle, son incroyable talent de chirurgien lui permettra de mener une carrière de chirurgien oncologue hors-pair. Il contribuera à améliorer de manière significative les techniques de prostatectomie et de cystectomie, toujours soucieux de préserver la qualité de vie des patients. Très peu d’Urologues ont pu exceller dans ces deux sous-spécialités si différentes à si haut niveaux.
Paul Van Cangh était un excellent orateur, co-auteur de nombreuses publications dans le domaine de la cancérologie urologique, du traitement de la lithiase urinaire et de l'endourologie « mini-invasive ». Il a été un chercheur clinique extrêmement actif au sein de l’Organisation européenne de Recherche et Traitement du Cancer, l’EORTC. Avec le Professeur H. Van Poppel, de la KUL, ils ont élevé au rang mondial l’Urologie belge, en particulier le traitement chirurgical du cancer de la prostate. Il a été membre du comité scientifique de l’Association européenne d’urologie de 1996 à 2004, et à grandement contribué au rayonnement de son congrès.
Son curriculum vitae de publications était réputé pour son intégrité exemplaire. Toute sa carrière de chercheur clinique, il a combattu le laxisme scientifique et l’imprécision, malheureusement commun dans le monde urologique européen. Je me souviens particulièrement de cette anecdote du Professeur R. Clayman, un autre géant de l’endourologie :
« … J'étais donc assis dans une salle de conférence quelque part en Europe lorsque Paul a présenté ses données sur l'endopyélotomie, qui montraient clairement pour la première fois que la présence d'une artère polaire traversant la jonction avait très certainement entraîné une détérioration marquée du taux de réussite de cette approche peu invasive de l'obstruction pyelourétérale. Paul l'avait compris et avait fourni une présentation élégante et lucide, emblématique de sa nature douce. À la fin de son discours, je ne pouvais pas m'empêcher de chercher à mieux comprendre ses conclusions. J’ai donc demandé à Paul pourquoi il pensait que même en présence d'un vaisseau polaire, l'endopyélotomie semblait encore fonctionner dans 45% des cas. Il s’arrêta, leva les yeux, me fixa dans les yeux et prononça doucement une réponse poignante de deux mots: «C’est la vie». Dans ces deux mots réside le mystère de l’‘envie de la découverte qui était très certainement sa marque de fabrique… ».
Il a entraîné deux générations d’urologues dans son sillage, car il était avant tout un « maître ». Il vivait pour enseigner l’urologie à ses assistants. Il aimait partager son savoir théorique et technique, au point d’avoir transformé son propre grenier en lieu de rencontre où assistants, adjoints et collaborateurs pouvaient rencontrer, de la manière la plus informelle, ses plus illustres collaborateurs. Il a été promoteur d’un enseignement de qualité au niveau européen, établissant en 1985, avec quelques collègues, l’European Board of Urology, sur les bases de la Section d’Urologie de l’UEMS, l’Union européenne des médecins spécialistes. Il y a défendu ses valeurs de rigueur et de qualité pendant plus d’une décennie et jeté les bases d’une certification européenne.
Bien que plus souvent à l’hôpital qu’à la maison, tous ses assistants et collaborateurs témoigneront unanimement que Paul Van Cangh était un mari, un père, et (surtout) un grand-père aimant. Pas un jour ne se passait sans qu’il mentionne sa famille, exorcisant peut-être son absence. Mais il était rentré en Urologie comme on rentre dans les ordres : humble, désintéressé, dévoué corps et âme à son métier et ses patients et conscient des conséquences de son abnégation.
Après sa retraite, il avait prévu d'organiser plusieurs missions dans des départements de chirurgie et d'urologie de pays en développement pour introduire la chirurgie mini-invasive. S’il a pu jeter les fondations efficaces d’un programme de formation, la maladie l’empêchera de goûter à la fierté de tâche accomplie. En juin 2019, son premier Doctorant africain, le Dr Leon Mubenga, devenait le premier urologue centre-africain à obtenir sa thèse de doctorat de l’Université catholique de Louvain.
Paul Van Paul était un gentleman par excellence et il manquera beaucoup à tous ceux qui ont eu le privilège de le connaître.
Permettez-moi, au nom de l’Académie de présenter aux membres de sa famille nos condoléances et aussi nos sentiments les plus respectueux et émus.

← Retour à la liste des membres