Aller au contenu principal

Membre

LIMET Raymond

Membre belge titulaire

3e Section

Lieu de naissance : Flémalle
Date de naissance : 09/03/1943
Lieu de décès : Liège
Date de décès : 15/06/2011
  • Spécialité : chirurgie cardiaque
  • Affiliation principale : Professeur à L'Université de Liège ;
  • Election membre : 23/05/1992
  • Titularisation : 31/05/1997
Notice biographique :

 (Robert Valère)

In Memoriam (Revue médicale de Liège).

ÉLOGE ACADÉMIQUE DU PROFESSEUR R. LIMET
par A. ALBERT, membre ordinaire

Raymond Limet, membre titulaire de notre Compagnie, est décédé le mercredi 15 juin 2011. Il n’avait que 68 ans. Professeur émérite de chirurgie cardiovasculaire et thoracique à l’Université de Liège, il a marqué de son empreinte la discipline chirurgicale liégeoise, belge et internationale. Avec cette disparition, l’Académie royale de Médecine de Belgique perd l’un de ses membres les plus éminents et les plus fidèles.

Raymond Limet est né le 9 mars 1943 à Flémalle dans cette vallée industrielle de la Meuse, fleuron de la sidérurgie et de la métallurgie wallonne qui fit le renom de notre pays et qui connaît aujourd’hui les difficultés de la crise internationale. Issu d’une famille modeste d’artisans, il affectionnait particulièrement son terroir où la vie quotidienne était dure et exigeante, ce qui le marqua pour le reste de sa vie. Il perd son père très jeune, poussant sa maman pour laquelle il garda toute sa vie une admiration sans bornes à venir s’installer au centre de Liège.

Après de brillantes humanités classiques au Collège Saint-Servais de Liège, il entreprend des études de médecine à l’Université de Liège. Particulièrement doué, il est dès le début de ses candidatures enrôlé comme élève-assistant dans le service de physiologie du Professeur Jean Lecomte qui le marqua par sa rigueur méthodologique et son intégrité scientifique. Il poursuivit d’ailleurs durant plusieurs années ses activités de recherche en collaboration avec le laboratoire du Professeur Lecomte, s’intéressant surtout au système orthosympathique.

Il est proclamé Docteur en médecine en 1968 avec la plus grande distinction et poursuit alors une spécialisation en chirurgie, après avoir pensé à s’orienter vers la psychiatrie, domaine émergent à l’époque. Raymond Limet avait perçu dès le début de sa spécialisation les potentialités énormes de la chirurgie cardiaque, discipline qui connaissait un développement spectaculaire grâce à l’audace de certains chirurgiens, à l’émergence de nouvelles techniques opératoires conjuguées à des avancées scientifiques déterminantes.

Comme le relève son ami, le Professeur Raphaël Suy (KULeuven), dans son article « A history of cardiac surgery in Belgium », l’Ecole liégeoise de chirurgie avait connu des heures de gloire jusqu’en 1963, notamment avec les Professeurs Louis Christophe, David Honoré, Jacques Dalem et Jacques Fourny. Cette équipe réalisait la première excision de coarctation aortique suivie d’une anastomose bout-à-bout en 1951. L’équipe bénéficia aussi largement de l’aide de la Fondation cardiaque "Princesse Liliane", notamment pour l’introduction de l’hypothermie et de la circulation extra corporelle en chirurgie à cœur ouvert.

Elève du Professeur David Honoré, Raymond Limet fut envoyé par ce dernier au Baylor College of Medecine de Houston (Texas) dans le service du célèbre Professeur Michael E. DeBakey pour y poursuivre sa spécialisation. Il y travailla une première année, de 1969 à 1970, en laboratoire comme "Research Associate" et ensuite y retourna une seconde année en clinique, de 1973 à 1974, comme "Clinical Fellow" afin de s’aguerrir aux nouvelles techniques de chirurgie cardiaque. Agréé entretemps spécialiste en chirurgie générale à l’Université de Liège, il poursuivit son expérience Nord-américaine à l’Institut de cardiologie de Montréal où durant un an, de 1974 à 1975, il travailla dans le service de chirurgie thoracique des Professeurs Pierre et Claude Grondin avec lesquels il se lia d’amitié.

Fort de sa formation dans les grands centres de chirurgie cardiaque Outre-Atlantique, et de retour au pays, il défendit sa thèse de doctorat en sciences biomédicales expérimentales intitulée "Mise en évidence d’un contrôle réflexe de la circulation coronaire", thématique qu’il avait initiée dans le service du Professeur Lecomte. Quatre ans plus tard, il soutint sa thèse d’Agrégation de l’Enseignement Supérieur sur "L’angine de Prinzmetal", angor provoqué par un trouble de l’innervation des vaisseaux coronaires.

On peut affirmer que c’est dans les années 70 sous l’impulsion du Professeur David Honoré et de son jeune chargé de cours associé Raymond Limet que la chirurgie cardiaque liégeoise retrouva son lustre d’antan. Le 3 mai 1976, avec l’aide des frères Grondin de Montréal, Raymond Limet, alors âgé de 33 ans, réalise le premier pontage aorto-coronaire, ouvrant ainsi à la population liégeoise des possibilités de traitements chirurgicaux lourds et spécialisés qui les obligeaient auparavant à se déplacer à Bruxelles ou à l’étranger. Une nouvelle étape est franchie le 9 février 1983 avec la première greffe cardiaque à Liège, ce qui resta pour lui le moment marquant de sa carrière clinique. Il allait avoir 40 ans. Toutefois, Raymond Limet estimait que « la médecine n’est pas une épreuve d’athlétisme avec des records à battre. Ce serait malsain de se profiler en fonction de ses prouesses »! Il n’empêche qu’aujourd’hui plus de 30.000 patients ont été opérés dans le service de chirurgie cardio-thoracique que dirigea Raymond Limet de 1983 à 2008 et qu’a repris notre Collègue Jean-Olivier Defraigne.

Tout au long de sa carrière académique, Raymond Limet n’a cessé de promouvoir des activités de recherche de haut niveau, notamment sur le rôle des radicaux libres en ischémie-reperfusion, l’étude des antioxydants, les effets préventifs des interventions carotidiennes, l’action des antiagrégants plaquettaires sur la perméabilité des pontages aorto-coronaires, pour n’en citer que quelques-unes.

Son domaine de prédilection cependant fut toujours l’étude des anévrysmes de l’aorte abdominale qui contribue encore aujourd’hui à la réputation du service grâce aux travaux du Professeur Natzi Sakalihasan. Après avoir analysé l’histoire naturelle de la croissance et du taux de rupture d’anévrysme de l’aorte abdominale chez les patients non opérés, ainsi que les facteurs génétiques prédisposant à cette affection, il s’est attaché à déterminer les concentrations des macromolécules dans la matrice extracellulaire aortique, en l’occurrence l’élastine et le collagène, et ce en collaboration avec notre regretté Collègue Charles Lapière et le Professeur Betty Nusgens. Parmi les enzymes susceptibles d’attaquer ces macromolécules, les métalloprotéases MMP2 et MMP9 ont été identifiées. Aujourd’hui ces études sur l’anévrysme de l’aorte abdominale se poursuivent avec succès grâce à l’utilisation des nouvelles techniques de l’imagerie médicale.

Ces travaux de recherche pour lesquels Raymond Limet a su s’entourer de collaborateurs fidèles et compétents, Jean-Olivier Defraigne, Guy Dekoster, Quentin Désiron, Etienne Creemers, Thierry Grenade, Philippe Kolh, Marc Radermecker, Natzi Sakalihasan et Hendrick Van Damme, ont conduit à plus de 600 articles scientifiques, la plupart dans des revues prestigieuses. Parallèlement à ces recherches scientifiques, Raymond Limet et ses collaborateurs n’ont cessé de contribuer sous de multiples aspects à l’amélioration des techniques opératoires. Notons enfin qu’il redynamisa le CREDEC (Centre de Recherche Expérimentale du Département de Chirurgie) et qu’il présida durant plusieurs années aux destinées du centre de recherche multidisciplinaire "Hémoliège", regroupant physiologistes, chirurgiens et mathématiciens s’intéressant à la modélisation des circulations systémique et pulmonaire et à celle du couplage ventriculo-artériel.

Raymond Limet est aussi titulaire de nombreuses distinctions scientifiques et honorifiques, notamment celles de Commandeur de l’Ordre de la Couronne et d’Officier de l’Ordre du Mérite du Grand-duché de Luxembourg. Il présida la Société Royale Belge de Chirurgie de 1996-1997 et la Société de Chirurgie vasculaire de langue française de 2002-2003 mais il fut aussi membre fondateur de la Société Belge de Chirurgie vasculaire et de la Société Belge de Chirurgie cardio-thoracique. En 2002, Raymond Limet plébiscité par ses Collègues fut nommé Doyen de la Faculté de Médecine. Il me fit à l’époque le grand honneur de l’assister en qualité de Vice-Doyen dans cette mission. Il occupa cette fonction jusqu’en 2005. A ce moment et pour la première fois de sa carrière, il dû renoncer à un mandat pour des raisons de santé.

Le 27 juin 1992, Raymond Limet est invité à cette tribune de l’Académie royale de Médecine pour y faire une communication originale sur le thème "Détermination du taux d’expansion et de l’incidence de rupture des anévrysmes de l’aorte abdominale". Il est nommé membre correspondant de la 3e section de la Compagnie la même année. En 1994, il donne une deuxième lecture devant les académiciens intitulée " Le rôle de la chirurgie carotidienne dans la prévention de l’infarctus cérébral". Il devient membre titulaire de la Compagnie en 1997, peu de temps après la disparition en 1996 de son mentor liégeois, le Professeur David Honoré. Enfin en 2008, à l’aube de sa retraite, il soumet une dernière communication à l’Académie intitulée "Regards modernes sur une pathologie millénaire : les anévrysmes de l’aorte abdominale", une sorte de testament scientifique, médical et clinique que malheureusement la maladie qui le minait ne lui permit pas de présenter.

Malgré ses activités débordantes, Raymond Limet a toujours fait de la relation avec ses patients une priorité absolue. Ne répétait-il pas « Il faut écouter le patient » ? Sa simplicité et son contact chaleureux et réconfortant le rendaient adulé par sa nombreuse patientèle. Cette popularité fut consacrée peu avant son admission à la retraite par le prix populaire du "scientifique liégeois de l’année 2007", prix dont il était très fier. Il fut admis à la retraite le 30 septembre 2008, trois mois à peine après le décès à l’âge de 99 ans de son maître, le Professeur DeBakey, et peu de temps avant la disparition de son autre maître le Professeur Pierre Grondin. Malheureusement, si Raymond Limet avait une préoccupation quasi obsessionnelle pour ses patients, il ne trouva pas ou plutôt ne pris pas le temps de se soigner lui-même. Atteint de diabète, il dû endurer toutes les complications liées à cette maladie et celles-ci lui furent fatales à un âge où il aurait pu aspirer à une retraite heureuse et paisible.

Raymond Limet laissera le souvenir d’un éminent chirurgien, d’un scientifique créatif et justement ambitieux, d’un chef de service entreprenant et visionnaire, d’un médecin à l’écoute de ses patients. Liégeois dans l’âme, il aimait montrer à ses visiteurs étrangers la Meuse, ce fleuve qu’il considérait comme « le poumon, la clarté et le cœur de la Cité ardente ». Travailleur acharné, il méprisait l’oisiveté et la passivité. Dans les auditoires de médecine, son entrée suffisait à taire le moindre chuchotement et imposait le respect, laissant aux milliers d’étudiants qu’il a formés le souvenir d’un de ces enseignants qui ont marqué le curriculum. Peu loquace, son verbe était précis et parfois virulent. D’un naturel autoritaire, Raymond Limet n’hésitait pas à « trancher dans le vif » et revenait rarement sur ces décisions, au risque de heurter parfois certains Collègues. Pourtant, au fond de lui-même, Raymond Limet, grand passionné de musique classique, d’histoire et de lecture, était un humaniste, un homme bon, humble, généreux et fidèle dans l’amitié. Ses collaborateurs, ses Collègues et ses amis se rappelleront toujours le modeste bureau qu’il occupait au CHU et où il arborait fièrement d’un côté la photo du Professeur DeBakey et de l’autre celle de sa maman.

A Anny, sa compagne, à ses filles Anne, Isabelle et Marjolaine, à son beau-fils Thierry, à sa petite fille Louise que sa mort prématurée empêcha de connaître et d’aimer, à ses proches collaborateurs déjà cités, à ses amis ici présents l’Académie présente ses condoléances émues. Elle rend hommage à Raymond Limet, confrère, collègue et membre titulaire disparu.


Bruxelles, le 26 novembre 2011

← Retour à la liste des membres