Académie royale de Médecine de Belgique

|

James BLACK

(Sir W.)

Prix Nobel de physiologie et de médecine pour 1988 (la présentation, son discours, son interview ).

Né à Uddingston (Ecosse) le 14 juin 1924.

Elu Membre honoraire étranger le 27 mai 1989 (première section).

Professeur au Rayne Institute (Londres)

Spécialité : Pharmacologie analytique.

 

 

Après avoir obtenu son diplôme de Médecine à l’Université de St. Andrews, en Ecosse, en 1946, James Black passa douze années dans l’enseignement de la Physiologie au niveau universitaire, successivement à St. Andrews, Malaya et Glasgow. Son intérêt tout particulier pour la physiologie cardio-vasculaire le conduisit à avancer l’idée qu’un médicament qui annulerait les effets de l’adrénaline au niveau du cœur pourrait, en diminuant la demande en oxygène de cet organe, atténuer l’angine de poitrine et diminuer le risque de mort subite due à la fibrillation ventriculaire. Le concept –très négligé–    d’Ahlquist, d’adrénorécepteur α/β, semblait indiquer que l’idée de chercher un blocage adrénergique sélectif pour le cœur n’était pas basée sur une pensée irréaliste. La Recherche aux Imperial Chemical Industries entre 1958 et 1964 conduisit à la découverte du pronethalol, le premier β-bloquant évalué cliniquement et ensuite du propranolol (Inderal).

 

Des différences nettes dans les modes d’agonisme et d’antagonisme entre les récepteurs α et β furent établies durant cette période. Elles semblaient fortement indiquer un parallèle avec les réponses histamines et leur antagonisme. L’échec bien connu des antihistaminiques pour supprimer la sécrétion d’acide gastrique stimulé par l’histamine pouvait être expliqué si différents récepteurs étaient impliqués. Ces idées furent utilisées aux Smith, Kline & French Laboratories, entre 1964 et 1972, pour aboutir à la découverte de la burimamide, le prototype des antagonistes du récepteur H2 de l’histamine, qui conduisit à la cimétidine (Tagamet).

 

Black fut Professeur de Pharmacologie à au University College de Londres, de 1972 à 1977, et Directeur de la Recherche thérapeutique à la Wellcome Foundation de 1978 à 1984. Depuis 1984, il est Professeur (maintenant émérite mais toujours actif !) de Pharmacologie analytique au King’s College de Londres, préoccupé par l’interprétation des effets complexes des médicaments, en utilisant des modèles mathématiques. En 1988, il fonda un organisme de recherche indépendante pour encourager la recherche de nouveaux médicaments sur des bases rationnelles. Un des composés conçus là est maintenant au stade 2 de l’essai clinique. Un autre est en cours de développement préclinique.

 

Sir James a été fait Chevalier en 1981 et a reçu le Prix Nobel de Médecine en 1988. Il est Président de l’Université de Dundee depuis 1992 et a récemment reçu l’Ordre du Mérite (Mai 2000).