Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Etienne Thiry

ONE HEALTH ET LES ORIGINES DU SARS-COV-2

par Étienne THIRY ((Université de Liège), membre associé.

Le SARS-CoV-2, virus de la Covid-19, trouve aisément sa place dans la triade du One Health, entre l’animal, l’homme et leur environnement, à l’instar des 75% des maladies infectieuses émergentes humaines qui sont des zoonoses. Le SARS-CoV-2 présente une parenté génétique très élevée avec un coronavirus infectant une chauve-souris rhinolophe asiatique qui semble être le réservoir naturel du virus parental. Les chiroptères, avec plus de 1200 espèces, représentent le deuxième ordre de mammifères en importance après les rongeurs. Ils constituent un réservoir énorme de virus, parmi lesquels de nombreux virus zoonotiques : Lyssavirus (virus de la rage), Paramyxoviridae (virus Nipah et Hendra), Filoviridae (virus Ebola) et Coronaviridae (SARS-CoV, MERS-CoV et l’ancêtre du SARS-CoV-2). Parmi les explications avancées pour expliquer ce succès retentissant, une évolution adaptative de 64 millions d'années a façonné le système de défense des chiroptères, notamment de la réponse immune innée et d’une tolérance immunitaire, pour leur permettre de supporter un nombre impressionnant d’infections virales. Le passage de l’infection virale à l’homme s’est vraisemblablement produit via un hôte intermédiaire. Celui-ci est identifié chez d’autres coronavirus zoonotiques : la civette palmiste à masque pour le SARS-CoV et le dromadaire pour le MERS-CoV. Le pangolin reste un candidat sérieux pour le SARS-CoV-2. La transmission par l’homme est la source de propagation principale du SARS-CoV-2 à d'autres humains ainsi qu'aux animaux de compagnie, de production et de zoo. La transmission de l’homme à l’animal, exemple de zoonose inversée, a été signalée chez des chats, des chiens, des félidés sauvages et des visons. La transmission zoonotique de l'animal à l’homme n’a été démontrée actuellement que par le vison. Une gestion basée sur le One Health est la réponse la plus adaptée pour établir une surveillance épidémiologique efficace des infections virales chez les chiroptères et prendre des mesures de prévention des maladies virales émergentes zoonotiques.