Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Romano Regazzi

LE RÔLE DES ARN NON-CODANTS DANS L’HOMÉOSTASIE MÉTABOLIQUE   

 par  Romano REGAZZI (Département des Sciences biomédicales – Université de Lausanne), invité.             

 Le génome humain est constitué de plus de trois milliards de paires de bases mais seulement 2% de celles-ci codent pour des protéines. La découverte que la plupart des séquences génomiques non-codantes est néanmoins transcrite en ARN a révolutionné notre compréhension des mécanismes régissant les processus cellulaires et l’apparition de certaines maladies, y compris le diabète sucré. On a découvert que les cellules des îlots pancréatiques ainsi que les cellules cibles de l’insuline contiennent des milliers d'ARN non codants. Ceux-ci comprennent les microARNs, mais également des longs ARN non codants, des ARN circulaires et d’autres encore. Si l'implication des microARNs dans la fonction des tissus métaboliques et dans l'étiologie du diabète est désormais bien documentée, de nouvelles preuves indiquent que les autres classes d'ARN non codants participent également à différents aspects de l’homéostasie métabolique. L’exposé, mettra l’accent sur le rôle des ARN non codants dans le contrôle des activités des cellules β pancréatiques et l’implication de ces molécules dans le développement du diabète de Type 1 et de Type 2. A côté de leur fonction à l’intérieur des cellules, certains ARN non codants peuvent également être sécrétés dans des d'exosomes ou d'autres vésicules extracellulaires, permettant ainsi la livraison de matériel génétique à des cellules cibles. L’exposé abordera le rôle de ces vésicules dans la communication entre les tissus métaboliques ainsi que l’utilisation potentielle des ARN circulants comme biomarqueurs du diabète.