Académie royale de Médecine de Belgique

|

M. Benoit Lengelé (UCLouvain), membre titulaire : Mains, Visage et identités : la nouvelle fabrique du corps humain

MAINS, VISAGE ET IDENTITÉS : LA NOUVELLE FABRIQUE DU CORPS HUMAIN

par Benoit LENGELÉ (UCLouvain), membre titulaire.           

La première greffe de visage, réalisée à l'aube du XXIe siècle, a ouvert de façon transgressive, dans le champ du visible, la voie de la chirurgie restauratrice de l’identité perdue. Mais les allogreffes composites (VCA) gardent l'identité biologique du donneur et leur durée de vie s'en trouve de ce fait, limitée. Comme à la Renaissance, où Vésale, bouleversant le dogme anatomique de Galien, revisita la Fabrique du Corps Humain, nous revisitons le principe de la transplantation en explorant la voie de la transsubstantiation biologique où, in vitro, l'organe élémentaire est déshabité des cellules du donneur pour être recollonnisé ensuite, au gré des potentialités régénératrices des cellules souches, par les cellules de l'hôte futur lui-même. Forme et fonction seraient ainsi restaurées, mais la perspective limitante du rejet, annulée. 

A l’état actuel de preuve du concept, cette voie exploratoire a été appliquée par stratégie de perfusion - décellularisation / recellularisation, sur différents modèles unitaires reproduisant les briques élémentaires de construction du vivant. Ont ainsi été étudiés: l’oreille - comme unité morphologique cartilagineuse, la lèvre - comme unité fonctionnelle motrice, la langue - comme unité musculeuse complexe, le doigt - comme unité fonctionnelle polyarticulaire, l’estomac - comme organe tubulaire, le rein - comme organe parenchymateux fonctionnel - ou encore la rate - comme organe capsulaire simple. Dans tous les cas, les observations expérimentales montrent que les greffons matriciels obtenus gardent leur forme et la fonction associée à la matrice extracellulaire préservée. En revanche, ils perdent leur immunogénicité, mais restent transplantables sur leur pédicule et leur arbre vasculaire, d’architecture intègre. Enfin, des cellules souches peuvent y être infusées, s’y intégrer et s’y différencier au contact des facteurs de croissance natifs, en partie retenus dans la trame matricielle décellularisée.

Appliqué aux matrices emblématiques de l'Homme, telles que la Main et le Visage, ce changement de paradigme de la chirurgie de transplantation, devenant régénératrice, ouvre un champ de questionnement scientifique, anthropologique et philosophique sans précédent. Questionnée sur le sens de son identité qui se décline en  quatre entités - biologique,  morphologique, existentielle et symbolique - , l’Humanité s' en trouverait-elle bouleversée demain autant qu'elle le fut cinq siècles plus tôt, par l'œuvre sur le Corps de Vésale, Michel Ange et Vinci?  La réponse à cette question reste suspendue aux nombreuses investigations scientifiques et développements technologiques encore nécessaires pour donner demain un corpus clinique tangible aux promesses substantielles qu’offre dès aujourd’hui, l’ingénierie tissulaire composite vascularisée (VCE).