Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Vincent Druez (Chef de service du Centre des grands brûlés de l'IMTR) et Patrick Massagé (Service de chirurgie de la main - CHU Liège)

DAMAGE CONTROL SURGERY : CONCEPT ET EXPÉRIENCE LORS DES ATTENTATS DE BRUXELLES

par Vincent DRUEZ (Chef de service du Centre des grands brûlés de l’IMTR), invité, et Patrick MASSAGÉ (Service de Chirurgie de la main – CHU Liège), invité. 

Les nombreux actes terroristes de ces dernières années ont bouleversé nos réflexions à propos des stratégies de planification et de prise en charge d’événements générant des afflux importants de victimes (Mass Casualties Events, MCE).

Les plans d’aide médicale urgente (Medical Intervention Plans, MIP), ont dû être mis à jour afin de s’adapter à ces événements indésirables survenant en temps de paix.  En effet, ces situations rarissimes n’avaient été jusqu’à présent que très peu prises en compte. (1)

Les lésions observées lors de ces attaques sont assez spécifiques et inhérentes à des mécanismes lésionnels aussi variés que des explosions, des plaies par armes à feu ou par armes blanches. La fréquence des traumatismes pénétrants est significative.  Ces derniers sont souvent associés à des brûlures ou des traumatismes liés à l’effet de souffle (Blast injury).  Si ces lésions sont similaires à celles observées lors d’opérations militaires, le contexte de survenue au sein d’une population civile va générer à lui seul certaines différences.  En effet, les victimes ne bénéficient d’aucune protection balistique corporelle (body armor) et présentent en outre une dispersion d’âges potentiellement beaucoup plus importante.

Au vu de la spécificité des lésions observées lors de ces attentats terroristes, Il a semblé logique que les Services de Santé Militaire soient sollicités et apportent leur expérience dans cette mise à jour de la prise en charge des victimes d’attentats. Une réflexion plus spécifique a dû également être menée pour la prise en charge pédiatrique. (2)

Outre cet aspect organisationnel, la fréquence des traumatismes pénétrants et l’afflux potentiels de nombreuses victimes ont également dû être pris en compte lors de la révision de la stratégie de prise en charge chirurgicale à suivre au décours d’attentats terroristes. Les principes du damage control (DC), introduits par Rotondo en 1993 (3), ont été largement appliqués lors des attentats de Paris et Bruxelles. Cette stratégie de prise en charge séquentielle a confirmé son efficacité pour éviter les effets délétères de la triade létale de Moore comprenant : la coagulopathie, l’acidose et l’hypothermie. (4)(5)

Les auteurs se proposent de développer durant leur présentation le concept de damage control et leur expérience durant les attentats de Bruxelles.

Bibliographie :

1. Mols P., Schmidt R., Marion E., Luyckx M., Genesis of specific multisite Medical Intervention Plans in the Brussels Capital Region. Rev. Med. Brux. 2017;38(2):70-72.

2. Alix-Séguin L., Lodé N., Orliaguet G., Chamorro E., Kerroué F., Lorge C., Moreira A. And if it happened to children? Adapting medical care during terrorist attacks with multiple pediatric victims, Arch. Pediatr. 2017 Mar.;24(3):280-287. doi: 10.1016/j.arcped.2016.12.009. Epub 2017 Jan 31.

3. Rotondo MF., Schwab CW., Mc Gonigal MD., Damage control an approah for improved suvival in exsanguinating penetrating abdominal injury, J. trauma. 1993; 35 : 375-382.

4. Damage control : concept and implementation, Malgras B. and al. Journal of Visceral Surgery. 2017 ; 154 : S19-S29.

5. Damage control surgery : current state and future directions. Benz D.,Balogh ZJ. Curr. Opin. Crit Care. 2017 Dec;23(6):491-497.