Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé de Frédéric Chantraine


(Ont pris part à la discussion : MM. Pintiaux et et Tebasche).

LA PLACENTATION ANORMALEMENT INVASIVE : DIAGNOSTIC, PATHOGÉNIE ET TRAITEMENT

par Frédéric CHANTRAINE (Service de Gynécologie-Obstétrique – ULg), invité.                 

La placentation anormalement invasive, ou en Anglais AIP (Abnormally Invasive Placenta), décrit la situation clinique où le placenta est trop adhérent à l’utérus suite à une invasion trophoblastique trop profonde. Cette pathologie crée une grande morbidité et même mortalité maternelle suite à une hémorragie massive lors de la délivrance placentaire après l’accouchement si  le diagnostic n’est pas posé auparavant. L’incidence de l’AIP augmente significativement ces dernières années, mais reste une pathologie rare qui touche ± 1/1500 grossesse. Le facteur causal de cette pathologie, une lésion de l’endomètre ou de la décidua, est attribué à la chirurgie utérine et surtout à la césarienne, qui est de plus en plus souvent pratiquée.

Une recherche proactive lors des échographies prénatales permet d’identifier les patientes à risque d’AIP. Ensuite un suivi de grossesse adapté et un accouchement planifié dans un centre de référence avec une équipe multidisciplinaire bien entrainée dans la prise charge chirurgicale et médicale de l’AIP et de l’hémorragie du post-partum permet de réduire la morbidité maternelle au maximum. Le choix du traitement se fait entre la césarienne-hystérectomie, le « maintien du placenta in situ » ou la résection élective du myomètre envahi.

Vu la gravité de la pathologie et sa relative rareté, un réseau scientifique permettant la collaboration entre experts est nécessaire pour améliorer le diagnostic prénatal, pour optimaliser la prise en charge per-partale et pour améliorer notre compréhension et la physiopathologie de l’AIP. Pour cette raison l’international Society for Abnormally Invasive Placenta (IS-AIP) a été fondé récemment à notre initiative.