Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'examiner le mémoire de M.-P. Lacroix, de Louvain, et intitulé : "Le déterminisme général de l'ossification endochondrale"

    La Commission était composée de MM. G. Debaisieux, Rapporteur, et P. Gérard.

            De ses études antérieures de l’ossification endochondrale, M. P. Lacroix avait tiré la conclusion intéressante que le ou les facteurs qui provoquent la différenciation du cartilage de conjugaison ne sont pas d’ordre extrinsèque, mais doivent résider dans le cartilage lui-même. Les expériences qu’il nous rapporte aujourd’hui viennent justifier amplement cette conception.

            Dans une première série, l’auteur réussit à démontrer – en ayant soin d’exécuter toutes les expériences-témoins nécessaires – qu’un greffon de cartilage hyalin (voué par sa localisation costale à garder toute la vie cette structure) dépérichondrifié soigneusement et inclus dans une entaille longitudinale pratiquée dans la ligne d’ossification supérieure du tibia tout en la débordant de part et d’autre, voit sa structure se modifier progressivement au niveau où il prend contact avec la ligne d’ossification de l’hôte ; il se met à l’unisson morphologique de cette dernière, si bien qu’en fin de compte, il est impossible de faire le point de départ entre les deux formations.

            Si, par un hasard de l’intervention, l’une des faces du greffon se soude au cartilage de conjugaison tandis que l’autre entre en rapport avec la moelle osseuse de l’hôte, seule la première présente ces phénomènes d’induction assimilatrice.

            Tout se passe donc comme si, de la ligne d’ossification, diffusait dans le cartilage hyalin une ou des substances organisatrices, il n’y avait qu’un pas, que l’auteur a franchi en pratiquant les expériences relatées ci-après.

            Un extrait alcoolique de ligne d’ossification, injecté dans un muscle, y provoque la formation de nodules osseux dans lesquels on retrouve côte à côte deux plages osseuses nées d’un processus d’ossification différent : l’une résulte d’une ossification conjonctive ; l’autre d’une ossification endochondrale et présente même l’encoche et la virole osseuse périchondrale caractéristiques. Les processus d’ossification endochondrale sont donc déclenchés par la formation ou la libération, à l’intérieur du cartilage même, d’une ou de plusieurs substances spécifiques.

            Votre Commission tient à souligner l’intérêt et l’originalité des recherches de M. Lacroix et rappelle que M. Lacroix figure sur la liste des aspirants au titre de Correspondant ; elle vous propose en outre l’impression de son mémoire dans le Bulletin de l’Académie.

            Ces conclusions sont adoptées.

            Séance du 15 décembre 1945.