Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé Eric Salmon, membre associé

(Ont pris part à la discussion : MM. les Prs Y. Carlier, J. Leprince (invité), F. Houssiau, Mme D. Balériaux, Th. Godfraind, et M. Lamy).

ACTIVATION ET INTERACTIONS AU SEIN DES RÉSEAUX CÉRÉBAUX SOUS-TENDANT LES MÉMOIRES

par Eric SALMON (GIGA CRC in vivo imaging – ULg), membre associé.

Les recherches en neuroimagerie ont permis ces dernières années de visualiser des réseaux fonctionnels cérébraux. On a ainsi observé un réseau « par défaut » qui est particulièrement actif lorsqu’un participant est « dans ses pensées ». Il comporte des régions associatives médiales, des régions du circuit de Papez et des régions de contrôle (jonction temporo-pariétales et cortex préfrontal dorsomédian).  Il apparaît que certaines régions répondent de façon différentielle et son différemment connectées selon la tâche en mémoire et le niveau cognitif de sujets âgés sains et pathologiques (maladie d’Alzheimer ou MA). Une de nos études impliquait des sujets jeunes et âgés, ces derniers avec un niveau bas (BNE) ou élevé (HNE) de capacités exécutives. Lors d’une tâche facile de reconnaissance de mots, les participants âgés HNE montraient une plus grande activation que les sujets jeunes dans le lobule pariétal droit, positivement corrélée à la performance. En revanche, les participants âgés BNE montraient une augmentation d’activation du précunéus à droite, inversement corrélée à leur performance, et donc « futile » voire délétère. Nous avons aussi étudié chez des patients avec MA deux types de mémoires associatives: soit une relation doit être établie entre deux composants, un item et une couleur, soit l’item est directement mis en conjonction avec la couleur présentée comme une de ses caractéristiques. Une étude multivariée a montré une corrélation entre la performance en mémoire relationnelle et l’activité métabolique au repos de la région fusiforme, tandis que la mémoire conjonctive est liée au niveau d’activité de régions du réseau par défaut. Dans d’autres études, c’est une diminution de la connectivité dans le réseau par défaut ou une augmentation de relations entre réseaux qui sont associées à une réduction de performance mnésique. (Références : Angel, 2016 ; Bastin, 2014 ; Genon, 2014 ; Kurth, 2015).