Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'apprécier le travail de M. Desclin intitulé : "Hypophyse et parathyroïdes : les parathyroïdes après hypophysectomie chez le rat blanc".

M. P. Gérard, Rapporteur.

            L’existence d’une influence de l’hypophyse sur les parathyroïdes a déjà fait l’objet de travaux d’un certain nombre d’auteurs. Elle repose sur deux séries de résultats expérimentaux. Ce sont : d’une part, une atrophie des parathyroïdes après hypophysectomie ; d’autre part, une hypertrophie des mêmes glandes après injection d’extrait hypophysaire. Cependant, à la lecture attentive des mémoires consacrés à ce sujet, on remarque que les variations de volume constatées sont purement subjectives et ne sont étayées par aucune mensuration. C’est pour combler cette lacune que M. Desclin a entrepris le travail qu’il soumet aujourd’hui à l’Académie.

            Dans ses expériences, il s’est inspiré d’une méthode utilisée déjà à plusieurs reprises pour mettre en évidence l’influence de l’hypophyse sur la thyroïde et qui consiste à étudier, après parathyroïdectomie unilatérale, l’hypertrophie compensatrice de la glande restante, et de comparer les résultats obtenus chez l’animal normal et chezl’animal hypophysectomisé.

            Les comparaisons qu’il a effectuées portent : 1°) sur le volume des parathyroïdes ; 2°) sur l’activité mitotique des mêmes organes après colchicinisation.

            L’auteur discute longuement les méthodes qu’il a employées de façon à éliminer autant que possible toutes les causes d’erreurs, et sa justification nous paraît convaincante.

            Ses résultats sont les suivants :

1)  Volume des parathyroïdes. – L’augmentation des parathyroïdes restantes, chez les animaux opérés simplement, est à peine appréciable après huit jours ; elle est, par rapport aux témoins, de 1,8%, et n’est pas, statistiquement, significative. Par contre, chez les animaux auxquels on a enlevé en même temps hypophyse et parathyroïdes d’un côté, les parathyroïdes restantes ont subi une atrophie se chiffrant par une diminution de volume de 41,78%.

2)  Activité mitotique après colchicinisation. – Cette activité présente une hausse considérable, dans les glandes restantes, après parathyroïdectomie unilatérale : le nombre des mitoses représente, par rapport aux témoins, une augmentation de 200%, indice d’une régénération indubitable. Par contre, chez les animaux hypophysectomisés, le nombre des mitoses tombe pratiquement à zéro.

De ces expériences se déduisent les conclusions suivantes : chez l’adulte, la parathyroïde est capable de présenter de l’hypertrophie compensatrice, par multiplication mitotique des cellules glandulaires.

     Cette hypertrophie ne se produit pas en l’absence d’hypophyse ; au contraire, la parathyroïde restante subit une atrophie manifeste. Cette action de l’hypophyse sur les parathyroïdes est-elle directe ou médiate, c’est ce qu’il est impossible actuellement de déterminer.

     Le travail de M. Desclin constitue une contribution intéressante aux relations qui existent entre hypophyse et parathyroïdes, qu’elles mettent indubitablement en évidence. Ces recherches ont été conduites avec logique et minutie ; dans la discussion des résultats obtenus, l’auteur montre une connaissance étendue des problèmes endocrinologiques et fait preuve d’un jugement sûr. Aussi la Commission vous propose-t-elle de lui adresser des remerciements et de voter l’impression de son mémoire dans le Bulletin de l’Académie.

     Ces conclusions sont adoptées.

     Séance du 17 juillet 1943.