Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'examiner le mémoire de M. Marcel Danis intitulé : Les lésions oculaires dans les polyglobulies.

         M. H. Coppez, Rapporteur.

           Dans un premier chapitre, l’auteur retrace l’historique de la question. La cyanose était déjà connue du temps de Paracelse, mais c’est en 1889 seulement que Krehl et Toenissen ont démontré que la polyglobulie était le symptôme constant de la cyanose.

            Au point de vue oculaire, la première description ophtalmoscopique de la maladie est due à Knapp (1861) et le premier document iconographique à Liebreich (1863).

            M. Danis a pris soin de résumer les cas publiés depuis cette époque, en mettant en lumière les caractéristiques de chacun d’eux.

            Il en déduit les conclusions suivantes : la maladie bleue par lésions congénitales du cœur, l’érythrémie ou maladie de Vaquez, le choléra et certaines intoxications, notamment celles par le nitrobenzol, l’aniline et l’oxyde de carbone, présentent des symptômes oculaires communs : teinte rouge foncé, violette ou bleue des paupières ; conjonctive bulbaire fortement vascularisée ; sclérotique parfois de coloration bleuâtre.

            Le fond de l’œil est particulièrement caractéristique : la teinte est plus sombre qu’à l’état normal, il en est de même de la papille qui fonce sur toute son étendue, à l’exception de l’excavation physiologique. Les bords de la papille sont parfois flous. La papille peut prendre l’aspect d’une papille de stase. Les veines rétiniennes sont sinueuses et élargies. Elles ont un aspect noir. Les artères rétiniennes sont également plus sombres. Les artérioles terminales sont élargies et tortueuses, notamment dans la région maculaire. Les fonctions visuelles ne sont pas altérées.

            Symptômes généraux. – L’auteur fait une revue générale de la symptomatologie et de la pathogénie des syndromes polyglobuliques essentiels et symptomatiques. Les différents types de cyanose et les différentes formes de polyglobulies (maladie de Vaquez-Osler, maladie d’Arnstein, maladie de Gatsböck, maladie de del Castello et maladie de Nichamin) sont successivement décrits et analysés.

            Cet exposé, très fouillé, est fait avec ordre et clarté.

            L’auteur rapporte ensuite six observations personnelles.

            L’observation I concerne un enfant de dix ans, atteint de cyanose généralisée : cardiopathie congénitale réalisant la tétrade de Fallot : large communication interventriculaire, sténose de l’artère pulmonaire sur toute sa hauteur, dextroposition de l’aorte, dilatation du ventricule droit.

            L’observation II se rapproche de la précédente, Jeune fille de 28 ans. Cardiopathie congénitale ; rétrécissement de l’artère pulmonaire, communication interauriculaire et interventriculaire.

            L’observation III a trait à un homme de 48 ans, atteint de maladie d’Ayerza (cardiaque noir), diagnostic confirmé par le Professeur Vasquez.

            L’observation IV concerne un homme de 52 ans, atteint de cyanose avec dilatation considérable de l’aorte et de l’oreillette droite et hypertrophie du ventricule gauche. Fond d’œil caractéristique.

            L’observation V se rapporte à un homme de 50 ans, atteint de cyanose généralisée. Le réseau veineux est dilaté sur tout le corps. Pas de symptôme cardiaque à l’exception d’une dilatation du ventricule droit. Cas typique de maladie Vasquez.

            L’observation VI est particulièrement intéressante. Il s’agit d’un contremaître à l’Usine à Gaz de Bruxelles, atteint de cyanose. La numération des globules rouges donne le chiffre de 7.900.000. Pas de cardiopathie. Diagnostic posé : intoxication chronique par l’oxyde de carbone, lequel se trouve dans le gaz d’éclairage dans la proportion de 4 à 11%.

            Dans le chapitre suivant, l’auteur interprète les divers symptômes ophtalmoscopiques qu’il a relevés.

            La teinte sombre du fundus dépend de l’augmentation du nombre de globules rouges et de la réduction ou de la transformation de l’hémoglobine en dérivés de couleur foncée.

            La dilatation des vaisseaux rétiniens reconnaît la même cause que la dilatation de tout le système veineux ; elle est due à la trop grande quantité de sang circulant dans l’organisme, les veines et les artérioles rétiniennes se laissant dilater par suite de leur manque d’élasticité.

            L’œdème papillaire résulte du fait que, la dilatation des parois veineuses amenant un ralentissement de la circulation rétinienne, il se produit une extravasation plus abondante du plasma sanguin.

*

**

            Le principal mérite du mémoire de M. Marcel Danis, c’est qu’il constitue le premier travail d’ensemble sur les manifestations oculaires des polyglobulies.

            Les observations publiées jusqu’à ce jour, - et d’ailleurs du plus haut intérêt, - demeuraient, si l’on peut dire, à l’état isolé. C’est M. Danis qui a trouvé le fil conducteur qui relie les uns aux autres des cas pathologiques en apparence assez dissemblables quant à leur cause et à leur effet, mais se fondant dans une image ophtalmoscopique commune. Cette synthèse permettra aux futurs traités d’ophtalmologie de grouper en un chapitre spécial les divers types cliniques que nous venons de passer en revue, sous la rubrique de rétinopathies polyglobuliques.

            L’intérêt et la valeur du travail sont rehaussés par de très belles photos et de remarquables aquarelles qui constituent des documents iconographiques des plus précieux.

            M. Danis, en déposant l’an dernier sur le Bureau de l’Académie, son Atlas des malformations congénitales du fond de l’œil humain, nous avait déjà donné une preuve éclatante de son talent, où se confondent l’art de la médecine.

            La Commission propose qu’il plaise à la Compagnie : 1°) d’adresser des remerciements à l’auteur ; 2°) de publier son travail dans la collection des Mémoires ; 3°) de l’inscrire sur la liste des aspirants au titre de Correspondant.

            Ces propositions sont adoptées.

            Séance du 31 mai 1941.