Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé de Jean-Michel Kauffmann, membre associé

 

(Ont pris part à la discussion : les Prs M. Lamy, Mme J. Fontaine, et J. Crommen).

 

LES BIOCAPTEURS DANS LES SECTEURS BIOMÉDICAUX ET PHARMACEUTIQUES

par Jean-Michel KAUFFMANN (Faculté de Pharmacie – Laboratoire d’analyse instrumentale et de bioélectrochimie – ULB), membre associé.     

Les biocapteurs (biosensors en anglais) sont des outils de mesure de petite taille qui associent de manière intégrée un composant biologique (enzyme, anticorps, cellule végétale ou animale, fragment d'ADN, …) et un transducteur physique (électrode, fibre optique, quartz piézoélectrique…). Ce dispositif original et unique dans sa conception permet l'analyse d'une grande variété de molécules d’intérêt biomédical. La reconnaissance sélective de l’espèce à analyser est assurée par l’élément biologique et le proche contact de celui-ci avec le transducteur physique autorise une sensibilité élevée. Les biocapteurs conviennent tant pour le suivi des (bio) procédés que pour le contrôle de certains paramètres physiologiques et pharmacologiques. Des enzymes (tyrosinase, acétylcholine estérase, peroxydase…) ou des anticorps spécifiques de certains biomarqueurs (PSA, ferritine, troponine…) sont  généralement utilisés pour la fabrication de biocapteurs. La mise en œuvre de nanobodies, c’est-à-dire des fragments d’anticorps à chaînes lourdes, est plus récente. Grâce à une collaboration avec des chercheurs de la VUB, une première utilisation de nanobodies fixé sur une électrode sérigraphiée  a été démontrée au laboratoire pour le dosage d’un biomarqueur du cancer du sein, le HER2. Les biocapteurs peuvent également contenir des fragments d’ADN (simple ou double brin) fixés sur des supports d’électrode. L’objectif recherché est de  reconnaître des acides nucléiques spécifiques afin de détecter des maladies génétiques ou d'identifier des virus ou des bactéries dans des milieux biologiques ou dans des échantillons issus de l’environnement. Les recherches actuelles dans le domaine des biocapteurs sont focalisées sur l’incorporation de nanomatériaux (nanotubes de carbone, nanoparticules d’or etc...) au sein même de « l’architecture » de surface du biocapteur pour espérer une amplification du signal.