Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé de Charles Duyckaerts

(Séance du samedi 13 décembre 2014)

LES LÉSIONS DE LA MALADIE D’ALZHEIMER : HIÉRARCHIE, TOPOGRAPHIE, CHRONOLOGIE

par Charles DUYCKAERTS (Hôpital Pitié-Salpêtrière – Paris), invité.               

Les lésions de la maladie d’Alzheimer sont de deux types : les premières sont caractérisées par l’accumulation extracellulaire de peptide Aβ ; les secondes sont dues à l’agrégation intraneuronale de protéine tau anormalement phosphorylée. Le peptide Aβ provient du clivage d’une protéine transmembranaire (le précurseur de la protéine amyloïde ou APP) dont la fonction est inconnue. La protéine tau, quant à elle, se fixe aux neurotubules dont elle favorise la polymérisation. Ces deux types de lésions ne sont ni contemporaines ni colocalisées. Les premières altérations observées sont les accumulations de protéine tau dans le cortex temporal interne. Elles sont suivies par les dépôts amyloïdes dans le néocortex. Les lésions tau progressent ensuite de façon stéréotypée dans les aires associatives d’abord multi- puis uni-modales, et enfin dans les aires primaires. Ce sont elles qui sont associées aux symptômes. Un faisceau de découvertes récentes indique que la progression des lésions Aβ et tau pourrait faire appel à une transconformation c’est-à-dire à une modification des propriétés de la protéine attribuées à sa conformation spatiale, sans modification de sa séquence, un mécanisme d’abord décrit dans les maladies à prions. Plusieurs observations font penser que la transconformation de la protéine tau se propage dans le cerveau par les voies de conduction nerveuse.