Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rudolph MATAS

Né à Bonnet Carré (Louisiane - Etats-Unis) le 12 septembre 1860.

Elu Membre honoraire étranger le 29 juin 1946 (troisième section).

Professeur à l'université de Tulane.

Spécialité : chirurgie.

Décédé à La Nouvelle-Orléans le 23 septembre 1957. Notice par A. Dalcq le 30 novembre 1957 (Bulletin). Photo in archives.

Fils d'un médecin déjà établi à la Nouvelle-Orléans, il a été une personnalité puissance de travail exceptionnelle, d'une remarquable aisance d'expression autant en français qu'en espagnol que dans la langue anglaise, où son style était d'une rare distinction. Il a de plus fait preuve d'un esprit d'entreprise et d'une imagination opératoire qui en ont fait en chirurgie un puissant novateur. Sa connaissance du français provenait de ce que sa famille, fuyant les troubles de la guerre de Sécession l'avait, en 1862, amené à Paris puis à Barcelone. C'est là que, de deux à huit ans, s'écoula son enfance, et bien qu'il soit ensuite retourné définitivement en Louisiane, ces impressions françaises et catalanes ne s'effacèrent jamais. Ainsi imprégné de la culture latine autant que des normes anglo-saxonnes, ce jeune médecin formé à la Nouvelle-Orléans allait d'abord participer, à un rang modeste mais non moins exposé pour cela, à la célèbre et sévère campagne menée à la Nouvelle-Orléans et à Cuba contre la fièvre jaune. Bientôt après, il se voua à la chirurgie. A 18 ans, après avoir été déjà zélateur des méthodes listériennes, avoir fait progresser l'anesthésie régionale, avoir tenté de traiter les grandes hémorrhagies et l'état de choc, il se signalait par la 1ère opération d'un anévrysme en inventant la suture intrasacculaire. Six ans plus tard, en 1894, il devenait professeur de chirurgie à l'Université de Tulane. Tout en continuant à opérer plus de 600 cas d'anévrysmes, l'on cite comme une réussite mémorable la cure, en 1923, d'un anévrysme de l'aorte abdominale, il améliorait les procédés d'intervention sur les organes péritonéaux et urinaires, ainsi que sur ceux de thorax. C'est lui également, assure Sir Gordon-Taylor, qui préconisa, dès 1919, l'emploi du sérum glucosé en goutte à goutte intraveineux. LE Professeur Rudolf Matas avait occupé les plus hautes fonctions dans l'American College of Surgeons ainsi que dans l'American Surgical Association. En 1927, le Royal College of Surgeons of England lui avait décerné le titre de Honorary Fellow. C'est à ce moment aussi qu'il publia deux écrits révélateurs de sa philosophie, un essai sur "L'âme du chirurgien" et un discours sur "The Surgeon, his Science and his Art" En 1938, il avait présidé à Bruxelles même le XIXème Congrès de la Société Internationale de Chirurgie et le souvenir de son émouvant discours inaugural, prononcé en un français impeccable, ne s'est pas éteint.