Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Claude Bouchard

(Séance du 27 octobre 2001)

ASPECTS GÉNÉTIQUES DE L’OBÉSITÉ      

par Cl. BOUCHARD (Université de Louisiane, Bâton Rouge – USA), correspondant étranger.

Le risque de devenir obèse est plus élevé au sein de certaines familles que d’autres.  Ce risque (le coefficient lambda) est d’environ deux à trois pour les obésités modérées, mais de cinq à huit pour les obésités sévères.  Plusieurs gènes présentent des mutations qui causent, dans certains cas, une obésité sévère, qui est manifeste dès l’enfance.  Ces mutations sont toutefois peu fréquentes et ne peuvent expliquer qu’une petite fraction des cas d’obésité.  A ce jour, plus de cinquante gènes ont été étudiées en raison de leur contribution potentielle à la régulation de l’équilibre énergétique, la répartition des nutriments ou l’adipogenèse.  Les résultats de ces études sont plutôt décevants et généralement contradictoires.  Une autre approche consiste à cribler le génome avec un grand nombre de marqueurs polymorphiques en vue d’identifier les régions de chromosomes contenant des gènes impliqués dans l’obésité.  De telles études sont susceptibles de fournir de nouvelles pistes à explorer.

 

_______________________