Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Sophie Escutenaire

(Séance du 24 février 2001)

EPIDÉMIOLOGIE DE L’INFECTION PAR HANTAVIRUS EN BELGIQUE        

par Mme S. ESCUTENAIRE (Faculté de Médecine vétérinaire – ULg), invitée, et P.-P. PASTORET, membre titulaire.  

Puumala (PUU) est un hantavirus responsable en Europe d’une maladie humaine appelée néphropathie épidémique et a pour réservoir sauvage le campagnol roussâtre (Clethrionomys glareolus).  Alors que pendant les années épidémiques 1996 et 1999, les densités de population et les taux de prévalence de l’infection étaient élevés chez le campagnol roussâtre dans le sud de la Belgique, les pourcentages de rongeurs infectés étaient bas en 1997 et en 1998, où seuls quelques foyers d’animaux positifs ont été observés.  Des anticoprs dirigés contre PUU ont été principalement détectés chez le campagnol roussâtre mais aussi chez le mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) et le renard roux (Vulpes vulpes).  L’analyse de séquences génomiques a montré que les virus belges et la souche allemande Erft constituent une lignée génétique bien distincte de celles représentées par les autres souches PUU européennes.

___________________ 

 

 

 

(Séance du 24 février 2001)

EPIDÉMIOLOGIE DE L’INFECTION PAR HANTAVIRUS EN BELGIQUE        

par Mme S. ESCUTENAIRE (Faculté de Médecine vétérinaire – ULg), invitée, et P.-P. PASTORET, membre titulaire.  

Puumala (PUU) est un hantavirus responsable en Europe d’une maladie humaine appelée néphropathie épidémique et a pour réservoir sauvage le campagnol roussâtre (Clethrionomys glareolus).  Alors que pendant les années épidémiques 1996 et 1999, les densités de population et les taux de prévalence de l’infection étaient élevés chez le campagnol roussâtre dans le sud de la Belgique, les pourcentages de rongeurs infectés étaient bas en 1997 et en 1998, où seuls quelques foyers d’animaux positifs ont été observés.  Des anticoprs dirigés contre PUU ont été principalement détectés chez le campagnol roussâtre mais aussi chez le mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) et le renard roux (Vulpes vulpes).  L’analyse de séquences génomiques a montré que les virus belges et la souche allemande Erft constituent une lignée génétique bien distincte de celles représentées par les autres souches PUU européennes.

___________________