Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Paolo Meda (Séance du 23 octobre 2010)

 

COMMUNICATIONS CELLULAIRES DANS LES ÎLOTS DE LANGERHANS ET RÉGULATION DE LA SÉCRÉTION D’INSULINE

par  P. MEDA (Département de Physiologie cellulaire  et Métabolisme – Université de Genève - Suisse), invité.   

L’apparition des organismes multicellulaires a imposé la nécessité de mécanismes de communication intercellulaire, permettant d’intégrer l’activité de cellules individuelles à celle d’un organisme complexe. Parmi ces mécanismes, un rôle dans quasiment tous les types cellulaires de tous les organismes vivants, est joué par les protéines de la famille des connexines, qui établissent des canaux intercellulaires au niveau de microdomaines de la membrane cellulaire, appelés jonctions « gap ».  Les canaux « gap » sont sélectivement perméables tant à des ions conducteurs de courant, qu’à toute une série de petits métabolites et seconds messagers. Nos expériences sur les cellules beta, qui produisent l’insuline dans les îlots pancréatiques, ont révélé que les connexines coordonnent la synchronisation des cellules beta, et que celle-ci influence la sécrétion de l’insuline et la résistance des cellules beta à divers types d’agressions. Dans ce contexte, les connexines pourraient devenir de nouvelles cibles thérapeutiques dans diverses formes de maladie diabétique.

______________________