Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Nathan Clumeck (Séance du 24 avril 2010)

 

LA LUTTE CONTRE LE SIDA, ENTRE NOUVEAUX PARADIGMES ET INERTIES

par N. CLUMECK (C.H.U. – Hôpital St.-Pierre), membre ordinaire.  

Une meilleure compréhension de la physiopathologie de la transmission muqueuse du VIH et des progrès récents, tant dans l’efficacité, la tolérance et la facilité d’administration des antirétroviraux permettent aujourd’hui d’élaborer de nouvelles stratégies plus biomédicales que comportementales de la lutte contre la transmission sexuelle du VIH. 

Ces stratégies « pré-exposition » comprennent la circoncision, le traitement de l’herpès génital, la prise d’antirétroviraux préventifs et l’usage de microbicides vaginaux. La prévention « post-exposition » se base sur le traitement pendant un mois de la personne exposée.  En ce qui concerne la personne infectée, le traitement par trithérapie vise à obtenir une charge virale indétectable (< à vingt copies/ml) dans le sang. A ce niveau de charge virale le risque de transmission sexuelle devient quasi nul.

Une stratégie qui implique un dépistage volontaire « universel » avec traitement immédiat permettrait, dans un modèle mathématique, de passer en cinq ans de la phase endémique actuelle à une phase d’élimination du VIH.

Les obstacles au passage vers ce nouveau paradigme de la prévention sont multiples mais pour la première fois une approche alliant prévention, dépistage et traitement permet d’envisager un contrôle de la pandémie actuelle.

___________________