Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de David Waltregny (Séance du 30.04.2011)

 

LES TRAITEMENTS CHIRURGICAUX DE L’INCONTINENCE URINAIRE D’EFFORT FEMININE : OU EN SOMMES-NOUS EN 2011 ?

par D. WALTREGNY (U.Lg.), invité.      

L’incontinence urinaire d’effort (IUE) féminine est principalement liée à une hypermobilité cervico-urétrale. Les bandelettes synthétiques placées sans tension sous l’urètre pour corriger cette hypermobilité ont révolutionné le traitement chirugical de l’IUE féminine depuis 15 ans. La technique rétropubienne, à savoir le « tension-free vaginal tape » (TVT), a été mise au point en 1996. Elle génère des taux de guérison de l’IUE élevés mais est associée à un risque de saignement intrapelvien et de perforation vésicale et intestinale. La voie transobturatrice de dedans en dehors, développée il y a huit ans dans notre Institution, connaît une diffusion mondiale. La technique est simple et reproductible et l’incidence des complications péri- et post-opératoires est réduite. Les taux de guérison de l’incontinence d’effort sont de près de 90 % après 3-5 ans de suivi, similaires à ceux obtenus après pose d’une bandelette par voie rétropubienne. Nous avons récemment amélioré notre technique originale en utilisant une bandelette plus courte tout en réduisant la dissection nécessaire pour l’insertion de celle-ci. Après un suivi minimal d’un an, cette nouvelle technique apparaît aussi efficace et sécurisante que la technique transobturatrice ‘traditionnelle’ mais occasionne moins de douleurs de cuisse post-opératoires. Nous introduisons ainsi pour la première fois le concept du « midi sling » transobturateur.

_______________________

 

Actualités

Pas d'article dans la liste.