Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Jacques Boniver (Séance du 26.03.2011)

 

LES CELLULES SOUCHES CANCÉREUSES

par J. BONIVER (U.Lg.), membre titulaire.

Les cellules souches somatiques assurent l’homéostasie et la régénération de tous les tissus chez le sujet adulte. Ainsi, les cellules souches multipotentielles hématopoïétiques (HSC) sont les précurseurs des cellules de toutes les lignées sanguines, y compris les cellules lymphoïdes. Ces cellules souches somatiques montrent des propriétés biologiques uniques, à savoir la capacité d’auto-renouvellement, une quiescence, la localisation dans un microenvironnement tissulaire particulier (les « niches »), la multipotentialité. Elles paraissent plus résistantes à des agressions que les cellules différenciées et mûres qui en dérivent.

Dans les tumeurs, les cellules néoplasiques montrent  des signes de différenciation et de maturation plus ou moins importants et une grande partie d’entre elles est engagée dans le cycle cellulaire (« fraction de croissance ») et ainsi cible de la radiothérapie et de la chimiothérapie conventionnelle. Toutefois, dans la majorité des cancers, la guérison ne peut pas être obtenue par ces moyens thérapeutiques. De multiples mécanismes ont été évoqués pour expliquer cette résistance.

Depuis quelques années est née l’hypothèse de la présence, au sein des tumeurs, de cellules cancéreuses présentant les caractéristiques des cellules souches somatiques correspondantes et qui ont dès lors été dénommées « cellules souches cancéreuses ». Si leur présence semble bien démontrée dans certains cancers, comme la leucémie myéloïde chronique, elle fait encore l’objet de débats dans d’autres cas.

Le modèle des cellules souches cancéreuses pose plusieurs questions importantes comme la nature des cellules qui sont à l’origine de la tumeur (la cellule souche somatique est-elle la cible de la cancérisation ?), l’impact de ce modèle pour la compréhension de la biologie des tumeurs et de leur résistance aux traitements ainsi que, et surtout, de son intérêt potentiel pour développer des thérapies à visée curative, dans les cas où elles n’existent pas encore. Ces questions seront discutées en prenant comme exemple la leucémie myéloïde chronique.

________________________

 

 

Actualités

Pas d'article dans la liste.