Académie royale de Médecine de Belgique

|

Richard ADRIAN

(Lord, Hume)

Né à Cambridge (Grande-Bretagne) le 16 octobre 1927. 

Elu Correspondant étranger le 28 novembre 1980 (première section).

Professeur à l'Université de Cambridge.

Spécialité : physiologie.

Décédé le 4 avril 1995.

Le Professeur Adrian travaillait depuis 1945 au Trinity College à Cambridge. Médecin, il obtient un "research followship" à Corpus Christi College à Cambridge en 1955 puis devient en 1956 "demontrator" au département de physiologie et "lecturer" en 1961. Dès 1962, il fut "fellow" du Churchill College à Cambridge et en 1968 "reader in experimental Biophysics". En 1974-76, il devient membre du "Neuroxciences board" du medical research Council et en 1977, il fut nommé "fellow" de la Royal Society où il succède à son père. En 1978, il devient professeur de Physiologie cellulaire à l'Université de Cambridge. En 1979, "trustee" du British Museum. Enfin, en 1980, il est nommé représentant de l'Université de Cambridge au General medical council. Depuis 1975 il est docteur honoris causa de l'Université de Poitiers.

L'activité du Pr Adrian a surtout porté sur les bases ioniques de l'excitabilité dans le muscle strié en prenant en considération la morphologie complexe des membranes et en particulier des membranes tubulaires transversales. Ces structures jouent un rôle dans le contrôle de la contraction par le potentiel d'action.

Cette mise en évidence des mécanismes responsables de l'activation électrique a permis, entre-autre, d'apporter une explication rationnelle de l'activité anormale qui est à l'origine de la myotonie de Thomsen (Myotonia congenita).

Les dernières recherches du Pr Adrian étaient centrées sur les propriétés diélectriques des membranes afin de pouvoir caractériser le comportement des protéines inter-membranaires orientées dans le champ électrique, existant au sein même de ces membranes, comportement qui doit assurer la base de la régulation des fonctions membranaires par le potentiel propre de la membrane. Ses recherches étaient ainsi à l'extrême pointe de la définition biophysique des activités membranaires.

Actualités

Pas d'article dans la liste.