Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé de Bertrand Coiffier

(Séance du 24 novembre 2012)

TRAITEMENT DES LYMPHOMES NON-HODGKINIENS  

par B. COIFFIER (CHU – Lyon – France), invité. 

Le lymphome est un cancer extrêmement varié avec de nombreuses entités et une grande hétérogénéité cliniques. Les 15 dernières années ont apportées une meilleure classification de ces entités et un renouveau dans le traitement de ces cancers. Un grand pas thérapeutique a été réalisé avec l’introduction du rituximab, un anticorps anti-CD20, dans le traitement des lymphomes B, particulièrement en combinaison avec la chimiothérapie. Des nouvelles molécules arrivent actuellement pour les lymphomes T pour lesquels les progrès ont été très faibles jusqu’à présent.

Les lymphomes à cellules B sont les plus fréquents et particulièrement les lymphomes à grandes cellules B ou les lymphomes folliculaires. La combinaison du rituximab et de la chimiothérapie a transformé le pronostic de ces lymphomes mais il reste un certain nombre de problèmes non complètement résolus comme celui des sujets âgés ou très âgés ayant très souvent des maladies autres présentes au moment du diagnostic compliquant le déroulement de la chimiothérapie ou celui des sujets jeunes ayant de nombreux facteurs de mauvais pronostic souvent réfractaire au traitement standard. Les solutions possibles dans un avenir proche seront développées.

Les lymphomes T sont rares et hétérogènes sans traitement standard pour le moment. De nouvelles solutions thérapeutiques sont développées actuellement qui vont probablement changer le pronostic de ces lymphomes.

Tous les progrès présentés n’ont pu se faire que grâce à la structuration de groupes dédiés à la recherche sur le lymphome et à la coopération entre ces groupes dans l’organisation d’études randomisées. Une telle coopération est le seul moyen de continuer à engranger des progrès même si l’évolution des structures réglementaires complique de plus en plus cette coopération.

_______________________