Académie royale de Médecine de Belgique

|

Monique DUBOIS-DALCQ

Née à Bruxelles le 4 mars 1939.

Elue Correspondant étranger le 24 mai 2003.

Elue membre honoraire étranger le 28 mai 2005.

Décédée le 9 octobre 2018.

Professeur honoraire de l'Institut Pasteur.

Spécialité: Neurologie - Immunologie.

Monique Dubois-Dalcq est diplômée  de l'Université libre de Bruxelles (Médecin en 1963, et spécialiste en neurologie en 1968).

Elle a commencé sa carrière de recherche à l'Université libre de Bruxelles dans le laboratoire du Pr Dustin avec Olivier Périer (grâce au soutien du F.N.R.S), elle est partie en 1972 au National Institutes of Health, Bethesda, U.S.A., où elle esr restée jusqu'en 1995. Elle a alors quitté la ridrection d'un laboratoire du NINDS/NIH pour monter une unité de Neurovirologie et Régénération du Système Nerveux à L'Institut Pasteur à Paris où elle participe à la création d'un Département de Neuroscienc en 2001. En 2005, elle est Professeur honoraire de l'Institut Pasteur et Fogarty Scholar au National Institutes of Health.

La Neurovirologie ainsi que le développement et la régénération du système nerveux ont été ses deux pôles d'intérêt de recherche. Elle a étudié la persistance du virus rougeoleux dans le système nerveux central 5SNC) in vitro et dans des modèles animaux de l'encéphalite sclérosante subaigüe, ou la réplication du virus rougeoleux est défective et des protéines virales s'accumulent au niveau postsynaptique. Elle a analysé les transport des protéines de plusieurs virus neurotropiques et leur assemblage, en visualisant en trois dimensions les changements menbranaires et le bourgeonnement des particules virales (Voir "Assembly of envelopped RNA viruses" Springer Verlag, 1984). Vu l'invasion fréquente du SNC par le VIH, elle a étudié le tropisme de ce Lentivirus pour les cellules neurales humaines in vitro. Le VIH n'infecte pas les neurones mais bien la microglie qui exprime récepteur et corécepteurs du VIH et est susceptible aux souches virales macrophagiques. Une telle infection pourrait indirectement causer une démence chez certains patients. 

En neurobiologie, elle a caractérisé le phénotype des précurseurs qui engendrent les cellules myélinisantes et leur réponse a des facteurs de croissance. Le "Platelet-derived Factor 1" (PDGF) contrôle la prolifération des progéniteurs des oligodendrocytes et le récepteur du PDGF est amplifié dans son expressoin par le "Fibroblast growth factor 2", permettant ainsi la prolifération prolongée des précurseurs.

L'"Insulin-like growth factor 1" intervient ensuite dans la différenciation oligodendrocytaire. Elle a précisé le déroulement du programme de sythèse des protéines de la myeline par les oligodendrocytes et démontré que certains transcrits de la protéine basique, caractéristiques de la myélinisation, réapparaissent au cours de la régénération dans des modèles expérimentaux de la sclérose en plaque. La réparation de la myeline a été aussi induite par des greffes de précurseurs après des épisodes de démyelinisation et chez des mutants dysmyelinisés.

La myéline est déficiente dans certaines maladies génétiques humaines telle l'adrénoleukodystrophie liée à l'X, causée par une mutation d'un transporteur peroxisomal. Cette mutation entraîne l'apoptose des oligodendrocytes chez les garçons atteints.

Elle a contribué à la biologie des cellules souches neurales en démontrant le rôle de la signalisation des neurégulines et du morphogène 'Sonic hedgehog" dans la génèse des oligodendrocytes à partir des cellules multipotentes. La forme ply-sialylée de NCAM et une chemokine alpha controlent les migrations des précurseurs nécessaires à la régionalisation et régénération du sustème nerveux. Au NIH, elle a participé récemment au programme de recherche en neuroimmunologie sur la sclérose en plaques et conclu que promouvoir la régénération de la myeline chez les patients nécessite un dialogue étroit entre neurologues, immunologistes et neurobiologiste.

Elle est membre de très nombreux Comités d'évaluation scientifique et des Comités éditoriaux des principales revues de neurosciences. Elle est titulaire d'importants crédits de recherche américains et européens. Ses anciens collaborateurs occupent des positions éminentes en neurosciences dans le monde entier. Elle a organisé de multiples conférences et séminaires, fut orateur invité dans une centaine de colloques et professeur invité dans une trentaine d'Institutions européennes et américaines. Elle est auteur ou co-auteur d'une centaine d'articles scientifiques dans des revues internationales et est auteur ou co-auteur de 16 chapitres d'ouvrages. et 20 articles dans des Comptes-rendus de colloques