Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé de Jacques Pépin


LES ORIGINES DU SIDA

par le Pr J. Pépin (Université de Sherbrooke – Québec), invité.

La pandémie de VIH/SIDA a déjà causé la mort de 32 millions de personnes. Il est important de comprendre les facteurs qui ont permis cette émergence du VIH-1, comme obligation morale vis-à-vis des victimes, mais aussi pour en tirer des leçons utiles pour l’avenir. La source du VIH-1 est le chimpanzé d’Afrique centrale Pan troglodytes troglodyte. La transmission inter-espèces est survenue au début du 20ème siècle, via la manipulation de viande de chimpanzé lors de la chasse. Ce premier humain infecté n’habitait probablement pas le territoire de la RDC, où on ne retrouve que de faibles populations de P.t. troglodytes. Le virus s’est disséminé le long des circuits fluviaux, atteignant éventuellement Léopoldville/Brazzaville, où il a réussi à se diversifier. Des ‘horloges moléculaires’ ont démontré qu’à Léopoldville, le nombre d’individus infectés est resté faible pendant plusieurs décennies, augmentant exponentiellement à partir du début des années 1950. Le virus existait chez les chimpanzés depuis des siècles, et pendant cette période des chasseurs s’infectaient occasionnellement, mais sans propagation subséquente. Que s’est-il passé au milieu du 20ème siècle pour qu’à partir d’un ‘patient zéro’ 65 millions d’êtres humains soient infectés? Et comment expliquer qu’au même moment, dans une autre région d’Afrique, le VIH-2, qui origine d’un autre primate, réussisse lui aussi à se disséminer, pour ensuite disparaitre comme il est venu ? La présentation portera sur les deux facteurs qui ont permis l’émergence du VIH-1 en Afrique centrale, et particulièrement à Léopoldville:

a) Les changements sociaux amenés par l’urbanisation, en particulier la prostitution.

b) Les interventions médicales durant lesquelles des médicaments étaient administrés par voie intraveineuse, avec des seringues et des aiguilles réutilisées et mal stérilisées, permettant la transmission iatrogène des virus présents dans le sang.

______________________