Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Denis Dufrane

 

ÉTUDE DU POTENTIEL CLINIQUE D’UNE GREFFE D’ÎLOTS DE LANGERHANS ENCAPSULÉS

par le Pr D. DUFRANE (U.C.L.), invité.         

Bien que la transplantation d’îlots de Langerhans ait démontré la capacité de contrôler l’homéostasie glucidique dans le traitement de diabète de type 1, cette dernière reste associée à une lourde immunosuppression quotidienne (associée à une morbidité non-négligeable) et à des complications liées à l’injection intra-portale. Dès lors, l’allotransplantation de cellules insulino-sécrétrices, sans régime immunosuppresseur et dans un site d’implantation facilement accessible, permettrait d’ouvrir cette thérapeutique à un nombre important de patients diabétiques de type 1 (patients jeunes, diabète instable,…). Un système de macro-encapsulation cellulaire en monocouche, transplanté en tissu sous-cutané a été développé pour permettre (i) d’isoler physiquement les cellules du donneur du système immunitaire du receveur (allogénique et auto-immun) tout en maintenant (ii) l’échange des métabolites (insuline, glucose,…)  requis pour le contrôle du diabète et (iii) une oxygénation suffisante pour la survie cellulaire. Cette technique a démontré cliniquement sa sécurité et son efficacité en évitant toute réponse inflammatoire et stabilisant le diabète (réduction significative de l’hémoglobine glycosylée, des épisodes hypoglycémiques et des doses quotidiennes d’insulines lentes et rapides), respectivement. Le développement actuel de cette technologie tente d’améliorer la survie à long-terme des cellules encapsulées par la co-transplantation avec des cellules souches mésenchymateuses pour accroître l’oxygénation cellulaire en tissu sous-cutané.  

___________________