Académie royale de Médecine de Belgique

|

Emmanuelle Charpentier - Distinction remise par SAR la Princesse Astrid

Professeur Emmanuelle Charpentier, recevra, ce mardi 29 janvier 2019, le titre de membre étranger de l’Académie royale de Médecine de Belgique

Cette distinction lui sera remise au Palais des Académies par son Altesse Royale, la Princesse Astrid de Belgique. 

Emmanuelle Marie Charpentier, née le 11 décembre 1968 à Juvisy-sur-Orge, est une microbiologiste, généticienne et biochimiste française. Elle a inventé la technique de CRISPR/Cas9 en collaboration avec Jennifer Doudna, qui a révolutionné le domaine de l'ingénierie génétique. Pour cette découverte, elle a reçu de nombreux et prestigieux prix. Elle a notamment reçu en 2017, le prix prix Nob'Elles de chimie en attendant l'octroi futur probable du Prix Nobel de Médecine. 

Quelle est l’importance de ces travaux ?

En 2012, Emmanuelle Charpentier mettait au point une méthode simple et économique de découper l’ADN pour en réparer les éléments défaillants et pathologiques. La Médecine dispose ainsi d’une méthode simple et efficace de corriger les mutations responsables de maladies héréditaires. Ce fut une révolution dans le monde scientifique. La méthode ne cesse d’être utilisée dans le monde entier par les chercheurs en microbiologie et le monde médical. Elle connait en particulier une application dans le traitement du cancer.

La possibilité d’introduire de nouveaux gènes dans le patrimoine héréditaire des humains, mais aussi des animaux, des végétaux et des microorganismes entraîne cependant un risque de dérive majeur. Ainsi les chercheurs en manipulant des embryons ont déjà réussi à créer des jumelles résistantes au SIDA. Demain, des chercheurs dénués d’éthique pourraient créer des champions Olympiques aux capacités physiques accrues, reprogrammer les bactéries, les virus en armes microbiologiques, ou insérer des gènes produisant des toxines dans nos aliments.

L’Académie royale de Médecine de Belgique et la Fédération des Académies de Médecine Européennes ont salué le travail conduisant à la guérison des maladies héréditaires humaines mais soulignent la nécessité d’encadrer l’utilisation de ces techniques. La communauté scientifique et les Etats auront-ils la sagesse d’éviter la tentation de l’apprenti Sorcier et les dérives de l’eugénisme, rendus possibles par cet outil fantastique?