Académie royale de Médecine de Belgique

|

Maxime Boutier. Concours ordinaire de la sixième Section 2018 - Présentateur + Résumé


PRIX DU CONCOURS ORDINAIRE DE LA SIXIÈME SECTION 2018 

PRÉSENTATION DE M. le Dr M. BOUTIER,      

LAURÉAT DU CONCOURS ORDINAIRE DE LA SIXIÈME SECTION 2018      

En réponse à la demande de nouvelles recherches visant à identifier, détecter, prévenir ou traiter les pathologies infectieuses d’animaux à sang froid. 

 par

Luc WILLEMS, membre titulaire     

 (Voir la Vidéo)

 

 

 

***

DÉVELOPPEMENT D’UN VACCIN ATTÉNUÉ RECOMBINANT
CONTRE L’HERPESVIRUS CYPRIN 3

par

M. le Dr Maxime BOUTIER (ULiège) 

L’herpèsvirus cyprin 3 (CyHV-3, genre Cyprinivirus, famille Alloherpesviridae, ordre Herpesvirales) est l’agent étiologique d’une maladie hautement contagieuse et létale qui affecte les carpes communes et koï (Cyprinus carpio). La carpe commune est l’un des poissons les plus produits dans le monde. Un vaccin atténué sûr et efficace compatible avec la vaccination de masse est nécessaire pour lutter contre ce virus. Dans cette thèse, nous avons développé un candidat vaccinal recombinant atténué par double délétion des gènes ORF56 et ORF57 (Δ56-57) en utilisant la mutagenèse en système procaryote. L’innocuité de ce candidat vaccinal a été démontrée à l’aide de formes recombinantes du virus exprimant la luciférase de la luciole et l’imagerie in vivo (« in vivo bioluminescent imaging system » (IVIS)); ainsi que des approches classiques telles que la qPCR et l’analyse histopathologique. Les résultats obtenus démontrent qu’en comparaison avec la souche parentale sauvage, le candidat vaccinal se réplique moins, et se propage moins efficacement aux sites d’infection secondaires. Des expériences de transmission permettant la contamination via l’eau, avec ou sans contact physique additionnel entre les poissons, ont démontré que le candidat vaccinal a une capacité réduite de transmission des poissons vaccinés à des poissons cohabitants naïfs. Enfin, des expériences de protection ont démontré que le candidat vaccinal induit une réponse immunitaire mucosale à la porte d’entrée. La première partie de cette thèse a donc permis de développer un vaccin recombinant atténué sûr et efficace à l’encontre du CyHV-3.

Dans la seconde partie de cette thèse, les contributions relatives de l’ORF56 et de l’ORF57 quant à l’innocuité du candidat vaccinal ont été testées par étude de virus recombinants délétés pour l’un des deux gènes. L’inoculation de ces virus recombinants à des carpes a démontré que l’absence de l’ORF56 n’affecte pas significativement la virulence, tandis que la délétion de l’ORF57 induit une atténuation comparable, bien que légèrement plus faible à celle observée pour le candidat vaccinal Δ56-57. Pour confirmer le rôle de l’ORF57 en tant que facteur de virulence clé, un virus mutant incapable d’exprimer la protéine ORF57 a été produit en insérant plusieurs codons stop dans le cadre de lecture. Ce virus recombinant a révélé un profil d’innocuité et d’efficacité comparable au candidat vaccinal Δ56-57. Ces résultats démontrent que l’ORF57 code pour un facteur de virulence essentiel du CyHV-3.

Le CyHV-3 est considéré comme le prototype du genre Cyprinivirus, qui comporte une liste croissante de virus phylogéniquement apparentés et causant de lourdes pertes économiques en aquaculture. La réalisation de cette thèse de doctorat aura permis pour la première fois l’identification d’un facteur de virulence essentiel du CyHV-3 et la démonstration du potentiel de souches recombinantes délétées pour ce gène comme vaccins atténués. Les cyprinivirus connus à ce jour codant tous pour des orthologues du gène ORF57 du CyHV-3, ce travail de thèse ouvre de nouvelles perspectives pour la production de vaccins recombinants à l’encontre de ce genre viral économiquement important.