Académie royale de Médecine de Belgique

|

28 févr. 2018. Vincent Geenen et Henri Martens: Tout ce que vous devez savoir sur le thymus sans jamais avoir osé le demander… - Vidéo


Longtemps après sa découverte au temps de Galien (1er-2e siècle après JC), le thymus a été considéré comme un organe vestigial sans fonction et son rôle dans le développement des lymphocytes T n’a été établi que dans les années 60. Les plus récentes recherches lui attribuent un rôle unique dans la programmation centrale de la tolérance immunitaire vis-à-vis du Soi, une propriété essentielle de notre système de défenses. L’apparition de nombreuses maladies qualifiées de maladies  « auto-immunes » (comme le diabète insulino-dépendant des enfants et la plupart des maladies de la thyroïde) résulte en fait d’un dysfonctionnement du thymus dans sa programmation de la tolérance immunitaire. Nos connaissances des mécanismes impliqués dans la programmation et la faillite de la tolérance devraient paver le chemin vers de nouvelles thérapeutiques des maladies auto-immunes.
Une des principales caractéristiques du vieillissement immunitaire ( « immunosénescence ») est une involution graisseuse du thymus liée à l’âge. Cette involution est responsable d’une génération appauvrie de la diversité du système immunitaire et, en conséquence, d’une sensibilité accrue des seniors vis-à-vis de diverses maladies infectieuses, une réponse aux vaccins moins efficace, ainsi qu’une diminution de l’immunité anti-tumorale. À ce niveau aussi, la régénération du thymus est une voie prometteuse pour renforcer le système immunitaire de la personne âgée.