Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-Pierre Naets

(Séance du samedi 27 novembre 1982)   

EFFET INHIBITEUR DU GLUCAGON SUR L’ERYTHROPOÏÈSE

par Jean-Pierre NAETS (Laboratoire de Médecine expérimentale, Hôpital Brugmann – ULB et Fondation médicale Reine Elisabeth, Bruxelles).

Nous avons étudié l’effet du glucagon sur l’érythropoïèse du rat et de la souris. Le glucagon retard protamin zinc (Novo) est infecté deux fois par jour. L’administration de 2 x 200 µg/j pendant dix jours déprime considérablement l’érythropoïèse chez le rat. Le nombre total d’érythroblastes par fémur, les réticuloctytes et l’uptake de Fe59 dans les globules rouges tombent respectivement à 35 %, 50 % et 17 % des valeurs témoins.  On observe les mêmes résultats chez la souris dans les deux sexes. La réponse érythropoïétique à l’hypoxie est également inhibée. Après un séjour de 12 jours en altitude stimulée, la masse globulaire augmente de 3,12 à 6,31 ml/100 g du poids chez les témoins et à 5,19 ml seulement chez les souris injectées de glucagon (p < 0,02). La réponse de la souris polyglobulique à l’érythropoïétine (ESF) exogène est réduite sous l’effet du glucagon et l’inhibition est proportionnelle au logarithme de la dose administrée. L’effet inhibiteur décroit en fonction de l’intervalle qui sépare l’injection d’ESF de celle du glucagon. Ce dernier ne modifie pas la production d’ESF au cours d’une stimulation hypoxique. Ces résultats suggèrent que le glucagon agit essentiellement au niveau de l’érythropoïèse où l’ESF induit la différenciation des cellules souches en érythroblastes et nous laissent supposer que chez l’homme, l’hyperglucagonémie est responsable de l’anémie observée dans les cas de glucagonome et qu’elle joue peut-être aussi un rôle dans la dépression de l’érythropïèse liée à certains états patholoqiques.  

SUMMARY

The effect of glucagon on erythropoiesis has been studied in mice and rats. Long-action acting glucagon protamine zinc (Novo) was injected subcutaneously twice daily at 9 a.m. and 4 p.m.  After administration of 2 x 200 µg/day for tien days, the erythropiesis of male rats was markedly depressed. Total normoblasts counts per femur, reticulocytes, and 59 Fe uptake into red cells fell respectively to 35 %, 50 %, and 17 % of control values. The same results were observed with male and female mice. The erythropietic resonse of mice to hypoxia was also inhibited. After 12 days of hypoxia, the red cell mass increased in controls from 3.12 to 6.31 and only to 5.19 ml/100 g body weight in the glucagon-treated group ((p < 0,02). Response of polycythemic mice to exogenous erythropoietin (ESF) was reduced after glucagon injection, and the inhibition was proportional to the logarithm of the dose. This inhibitor effect decreased gradually as a function of the time interval between glucagon injections and ESF administration. Production of ESF seemed unaffected by glucagon administration. As the inhibitory effect of glucagon was only elicited if administrated close to the ESF injection, and since no effect on ESF production could be demonstrated, it was inferred that the hormone acts mainly at the level of erythroid sterm cell differentiation. It was suggested that hyperglucagonemia was responsible for the anemia of glucagonomas and might be implicated in the anemia of other clinical conditions.