Académie royale de Médecine de Belgique

|

Décès du Pr Pierre Wertheimer et de Sir Thomas Dalling, membres honoraires étrangers

(Séance du  26 juin 1982) 

Décès du Professeur Pierre WERTHEIMER et de Sir Thomas DALLING, membres honoraires étrangers.  

(Annonce faite par le Président Albert LOUSSE).

Le Président annonce le décès du Professeur Pierre Wertheimer qui est décédé à Lyon le 24 mai 1982.  Né à Lyon il y a quatre-vingt-dix ans, notre Collègue y fit ses études et y passa toute sa carrière.  Professeur de Clinique chirurgicale dès 1944, il manifeste, dès l’abord, une prédilection très réelle pour la Pathologie et la Thérapeutique neuro-chirurgicales : c’est lui qui créa le premier service français de Neurochirurgie. Mais il n’en apporte pas moins une importante contribution à la chirurgie vasculaire et sympathique ainsi qu’aux problèmes ardus des greffes, particulièrement des hétérogreffes.

Membre de l’Académie nationale de Médecine de Paris, le Professeur Wertheimer fut appelé à siéger dans de nombreuses autres sociétés savantes, françaises et étrangères.

Notre Académie faisait du regretté défunt, l’artisan principal de ces liens fort étroits qui unissent les chirurgiens belges à leurs collègues lyonnais. Pas davantage, elle n’oublie la part importante qui lui revient dans le prestige et la qualité de l’Ecole chirurgicale de Lyon, perpétuant ainsi la grande tradition des élèves de René Leriche.

M. Wertheimer était Docteur « honoris causa » de l’Université de Dublin.      

    ***

Sir Thomas Dalling est décédé, lui aussi, à l’âge de 90 ans à Edimburgh, sa ville natale. A peine diplômé par le « Royal Veterinary College » d’Edimburg, il débarque sur le continent pour se battre dans les Flandres (de 1916 à 1918), dans les rangs de l’armée royale britannique.

Rentré au pays après les hostilités, il enseigne pendant quelques années à Glasgow avant de joindre les « Wellcome physiological laboratories » de Beckenham qu’il quitte, cinq ans plus tard, pour occuper à Cambridge la chaire de Pathologie.

Microbiologiste de formation, il est appelé bien vite à diriger le très célèbre « Central Veterinary Laboratory » de Weybridge.

Après quelques années, il accède au sommet de sa carrière, en devenant directeur des services vétérinaires de Grande-Bretagne, poste dans lequel il s’illustra en réunissant l’éradication de la tuberculose bovine.

A l’âge de la retraite, Sir Thomas commença une toute nouvelle carrière qui le porte à l’avant-plan de la scène internationale.  Appelé par la FAD aux plus hautes responsabilités, pendant quinze ans, il parcourt le monde, pour tenter de le débarrasser du spectre toujours menaçant de la famine.

A l’occasion de ses nombreux passages à Bruxelles, il donna, à qui l’approcha, la preuve de la force de sa personnalité, de l’étendue de son information et de ses brillantes qualités d’administrateur.

Je vous invite à nous recueillir à la mémoire de ces deux Confrères disparus.