Académie royale de Médecine de Belgique

|

25 et 26 oct. Isabelle Maystadt et Jean Michel Longneaux

La liberté a-t-elle encore du sens face aux déterminismes génétiques ?

Mardi 25/10/2016 – 17h00 - Palais provincial de Namur

Décider librement du sort de son enfant ?

Mercredi 26/10/2016 – 17h00 - Palais provincial de Namur

Depuis la découverte de l'ADN en 1953, les moyens technologiques permettant d'étudier cette double hélice se développent à une vitesse impressionnante. Les chercheurs découvrent sans cesse l'implication de nouveaux gènes dans des maladies clairement héréditaires, mais aussi dans des maladies multifactorielles plus complexes telles que les maladies psychiatriques ou les cancers. Se pose alors, depuis de nombreuses années, la question de l'inné et de l'acquis. Notre état de santé, physique et mentale, serait-il entièrement déterminé par notre code génétique ? Ne sommes-nous pas également modelés par le milieu dans lequel nous évoluons ? L'épigénétique, une science récente en plein développement, démontre l'influence de l'environnement sur l'expression de nos gènes et conclut que génétique et environnement sont en constante interaction. Notre comportement ne serait-il alors que le simple reflet d'interactions non contrôlables entre notre environnement et notre code génétique ? Avons-nous encore la liberté de décider de notre devenir ?

Avec le développement de tests génétiques de plus en plus performants, de nouvelles questions éthiques se posent chaque jour. Ainsi, lors de la réalisation d'un test génétique visant à confirmer un diagnostic chez un patient, on est parfois amené à découvrir de manière fortuite des facteurs de prédisposition pour d'autres pathologies, ou des variants difficilement interprétables au stade actuel des connaissances. Que faire de ces informations ? Cette question se pose de façon encore plus cruciale dans le cadre du diagnostic prénatal. Le médecin et le couple sont-ils capables de prendre le recul suffisant pour interpréter ces résultats dans une situation aussi stressante qu'une grossesse en cours ? N'y a-t-il pas un réel risque d'eugénisme lié au dépistage de ces facteurs de risque dès avant la naissance ?

Les leçons aborderont ces questions éthiques sous la forme d'un dialogue entre un généticien et un philosophe.

**Ce cours-conférence bénéficie de l’accréditation INAMI pour les médecins (2 points)**

Inscription ici pour le 25: tinyurl.com/MayLon25 et ici pour le 26: tinyurl.com/MayLon26