Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'examiner le travail déposé en réponse à la question posée par la IVe Section

           La Commission chargée d’examiner le mémoire présenté par M. le Dr J. Beumer en réponse à une question posée par la Section IV est constituée de MM. P. Bordet, G. Bruynoghe et M. Welsch.

            Elle s’est réunie le 26 novembre 1960, ses membres ayant au préalable pris individuellement connaissance du mémoire.

            Le travail de M. Beumer est intitulé : Isolement et étude chez les Shigella des récepteurs aux bactériophages du bacille de Lisbonne. Dans son introduction, l’auteur rappelle la notion de récepteurs de phages et résume l’état actuel de nos connaissances à leur sujet.

            Il décrit ensuite son matériel d’expérience constitué de 4 souches appartenant au genre Shigella et de trois bactériophages bien individualisés qu’il a obtenus à partir de la souche lysogène connue sous le nom de bacille de Lisbonne.

            Les multiples méthodes d’extraction, successivement mises en œuvre au cours d’expériences prolongées, dans le but d’extraire des récepteurs capables d’inactiver les divers bactériophages sont ensuite exposées, ainsi que les résultats qu’elles ont fournis.

            Au cours de ces investigations, l’auteur a défini, de façon de plus en plus précise, les conditions de fixation des bactériophages sur les récepteurs présents dans les divers extraits étudiés. Il en a également amorcé l’étude physico-chimique.

            Les principales conclusions de cet important travail, conduit avec toute la rigueur désirable et dans lequel l’auteur fait preuve d’originalité en même temps que d’une connaissance approfondie du sujet, peuvent être résumées comme suit.

            L’efficacité de chaque méthode d’extraction varie selon la souche microbienne utilisée, et notamment selon qu’elle est en phase S ou R. Il semble, d’ailleurs, que les récepteurs pour un même phage soient différents chez les souches S et R. Les récepteurs bactériens pour les divers phages étudiés sont indépendants mais représentent probablement des groupements actifs distincts d’une seule et même entité chimique. Ils sont spécifiquement neutralisés par les sérums antibactériens correspondants. Leur capacité de neutraliser les bactériophages dépend des conditions cationiques du milieu. Celles-ci sont différentes dans chaque cas particulier. Elles sont parfois, mais non toujours, identiques à celles requises pour la fixation du phage par la bactérie sensible.

            En conclusion, la Commission estime que le travail de M. Beumer constitue une contribution originale importante à notre connaissance des mécanismes responsables de la fixation des bactériophages, étape préliminaire indispensable aux manifestations de l’infection par les virus bactériens. Elle se plaît également à rappeler les nombreux autres travaux que l’auteur et ses collaborateurs ont consacrés à ce problème et propose unanimement de lui attribuer le prix de l’Académie.

            M. le Président soumet ce rapport à l’approbation de l’Académie. Personne ne faisant d’objections, il le déclare adopté à l’unanimité, et félicite le lauréat du prix, M. Jacques Beumer, tout en remerciant les membres de la Commission, ainsi que son rapporteur, M. Welsch.

            Séance du 26 novembre 1960.