Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'émettre un avis sur les conditions à imposer aux établissements destinés à donner des soins urgents aux traumatisés de la route.

Avant de passer à la lecture de ce rapport, M. le Président signale que cette Commission a conféré à ce sujet avec la « Koninklijke Vlaamse Academie voor Geneeskunde, de telle sorte que si les deux rapports ne sont pas tout à fait identiques comme texte, ils sont cependant en harmonie complète quant à leur esprit.

            M. E. Derom expose la teneur du rapport :

            La Commission étant composée comme suit : MM. F. Albert et E. Derom, Membres titulaires ; MM. L. Deloyers et P. Lacroix, Correspondants.

            La Commission tient tout d’abord à faire remarquer avec insistance que l’ensemble des mesures à prendre dépasse le cadre de la question posée. Pour être efficace, les secours à donner aux traumatisés de la route doivent pouvoir compter sur l’appel rapide et, élément absolument primordial, sur le ramassage et le transport correct des blessés.

            En ce qui concerne les établissements destinés à donner des soins, ces établissements doivent comprendre, en tout cas, les services suivants :

1)  un service de chirurgie, dont le personnel et l’équipement sont en mesure de prendre en charge tous les traumatisés quels qu’ils soient ;

2)  un service de médecine interne ;

3)  un service de réanimation ;

4)  un service de radiologie ;

5)  un service de transfusion ;

6)  un laboratoire d’analyses cliniques ;

Ces services doivent être prêts de façon permanente à fonctionner au premier appel.

A cette fin, l’ensemble des secours urgents à donner doit être placé sous la direction d’un chirurgien, Chef de service, qui aura la responsabilité de la coordination et de la permanence, notamment en veillant à ce que la garde soit constamment assurée, non seulement dans son propre service, mais aussi dans les autres services.                                             Du point de vue matériel, ces Services doivent comporter un local d’accueil disposant d’un certain nombre de lits et donnant accès aux services sus-mentionnés.

L’organisation ainsi conçue doit à son tour pouvoir collaborer avec les divers spécialistes auxquels le chirurgien de garde devrait éventuellement faire appel : spécialistes en ophtalmologie, en neuro-chirurgie, en oto-rhino-laryngologie, en chirurgie plastique et maxillo-faciale, en urologie et en gynécologie. L’organisation doit donc être en liaison avec des spécialistes compétents dans ces divers domaines et pouvoir les faire appeler dans le plus bref délai possible, ce qui implique aussi pour ces divers spécialistes, l’établissement de rôles de garde.

              Les établissements capables d’offrir à l’heure actuelle, l’organisation souhaitée ne se trouvent guère que dans quelques villes du pays. Encore certains d’entre eux, de par leur statut juridique, sont-ils réservés à des catégories définies de blessés, telles que les victimes des accidents de travail.                                                                                                          Au surplus, pour des raisons évidentes et particulièrement pour des raisons financières, on ne pourrait envisager de multiplier de tels centres.                                                                                                                                                                 Les grands centres parfaitement équipés, devraient donc s’appuyer sur les nombreux établissements disséminés dans le pays et qui, dans l’état actuel des choses, sont capables de donner aux blessés graves les soins d’extrême urgence. Suivant les cas, ces établissements seraient appelés à jouer le rôle de relais par rapport aux établissements spécialisés.

Un « planning » à l’échelle nationale des soins urgents à donner aux traumatisés de la route devrait donc reposer sur des rapports étroits à créer entre les centres spécialisés et les autres établissements.                                                     La Commission estime que la réponse donnée à la question posée, question qui concerne uniquement les traumatisés de la route, devrait, en fait, être intégrée dans un projet plus vaste, qui s’intéresserait aux soins à donner à tous les cas urgents, quels qu’ils soient, qu’il s’agisse d’urgences chirurgicales ou d’urgences médicales.                                       La Commission tient à souligner l’importance considérable de ces questions. Elle souhaite vivement continuer à être consultée dans l’avenir, afin d’apporter aux pouvoirs publics une collaboration aussi complète et aussi efficace que possible.                                                                                                                                                                                                               M. R. Bourg suggère de mentionner les obstétriciens parmi les spécialistes auxquels le chirurgien de garde peut faire appel.                                                                                                                                                                                                            M. le Président souligne le caractère judicieux de cette suggestion et propose donc de dire « … en obstétrique et en gynécologie ».

                Le rapport ainsi complété est adopté.

Séance du 27 février 1960.