Académie royale de Médecine de Belgique

|

Examen de la résolution communiquée par la Classe des Sciences de l'Académie Royale de Belgique au sujet des inconvénients pour l'activité de recherche, de tâches d'enseignement trop lourdes.

           La Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique a voté le 12 décembre 1959 une résolution dont le passage principal est reproduit ci-dessous :

            Sans entrer ici dans un examen d’ensemble des questions soulevées par le Rapport, et tout en se réjouissant vivement de l’attention croissante consacrée à susciter et aider les vocations scientifiques, à leurs débuts, l’Académie croit cependant utile et même nécessaire d’attirer l’attention du Ministre des Affaires culturelles sur les hommes de science communément désignés sous le nom de « chercheurs », d’âge moyen, et tout particulièrement sur ceux qui ont déjà acquis une formation scientifique longue et coûteuse, dans des centres étrangers. C’est à ce moment que ces chercheurs devraient généralement être intégrés dans les cadres universitaires réguliers, et lorsqu’ils l’ont été, ils sont trop souvent progressivement surchargés de tâches purement scolaires et administratives, qui infailliblement diminuent leur rendement scientifique, cela précisément au moment où, étant dans la force de l’âge, leur influence serait la plus féconde.

            En conséquence, et s’inspirant de la situation qui prévaut dans les principales facultés de l’étranger, la Classe des Sciences de l’Académie estime que les charges d’enseignement oral d’un tel homme de science, à nommer ou déjà en fonction, ne devraient jamais excéder quatre heures par semaine, dans aucun de nos établissements d’enseignement supérieur, et que l’octroi de certains subsides devrait être clairement lié au respect de cette condition. Il va de soi qu’il s’agit d’hommes de science qualifiés, consacrant l’entièreté de leur temps au travail universitaire de leurs élèves et au leur. Il va de soi aussi que les émoluments globaux de tels chercheurs doivent atteindre la normale admise dans le haut enseignement.

            Après avoir pris connaissance de ce document, la Compagnie estime pouvoir adopter à l’unanimité la motion suivante :

            L’Académie royale de Médecine de Belgique a pris connaissance de la Résolution adoptée par la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique au sujet de l’étendue des charges d’enseignement compatibles avec l’activité de recherche.

            L’Académie marque son accord avec l’esprit dans lequel cette motion a été conçue et souhaite que les autorités gouvernementales et le Conseil national de la Politique scientifique tiennent compte de ces judicieuses suggestions dans l’élaboration des projets de réforme impatiemment attendus.

            Cette motion sera transmise à M. le Ministre des Affaires culturelles ainsi qu’à M. le Président de la Politique scientifique.

            Séance du 30 janvier 1960.