Académie royale de Médecine de Belgique

|

Discours Jacques Melin, Président élu pour 2016

Chères Collègues,

Chers Collègues,

Je suis particulièrement fier d’accéder à la présidence de l’Académie et je vous remercie vivement de la confiance que vous m’accordez.

Les défis actuels sont grands, tant pour la santé que pour l’enseignement et la recherche, et je pense sincèrement que l’Académie peut jouer un rôle, certes limité, dans plusieurs de ces problématiques.

L’excellence des soins et de la recherche doit rester la motivation de notre Académie et de nos universités.

Quatre axes, société, enseignement, recherche et politique, peuvent être mis en évidence pour renforcer notre rôle. 

Des réflexions de type sociétal doivent avoir lieu au sein de notre Académie, et ces thématiques de santé publique, d’éthique, d’économie et de politique de santé doivent davantage apparaître dans le cadre de nos réunions ordinaires publiques.

Pour l’enseignement, avec l’arrivée dès 2018 de la double cohorte en médecine, vu la réforme en six ans, nous pouvons aider nos collègues, Doyens de Faculté de Médecine, à réfléchir sur le problème capital de la qualité de la formation, en soumettant des idées pour le troisième cycle d’études (les masters complémentaires) qui devra être inévitablement revisité. Je salue ici et je remercie très chaleureusement notre collègue et ancien Président Jacques Boniver pour son travail pointu, mais pas simple, qu’il mène au Conseil Supérieur sur ce domaine.

En recherche, nous devons veiller à maintenir la possibilité d’effectuer des activités de recherche dans le cursus des candidats spécialistes.  C’est un point fragile. Cette possibilité avait déjà été mise en danger lors de la préparation de l’arrêté ministériel de 2014. Mais, après les interventions efficaces de lobbying de l’Académie, sous la présidence de Jacques Boniver, cette possibilité est préservée actuellement. Les mandats de clinicien chercheur part-time pour les cliniciens hospitaliers permanents dans nos cliniques universitaires doivent également être protégés. Enfin, large sujet difficile, l’attraction des médecins pour la recherche fondamentale dans nos universités doit être renforcée. Toutes les idées sont les bienvenues parce que ce n’est pas un problème simple.

Après la société, après l’enseignement, la recherche, le quatrième axe est politique.  Les problèmes du contingentement et de la double cohorte sont hautement politiques. Pour les aborder, je plaide pour un front commun Facultés – Académie, vu la complexité des sujets et la faiblesse que nous avons si nos forces sont dispersées face aux politiques dans ces domaines.

Je n’entame pas, mais cela sera un problème majeur, le problème des régions versus Communauté française pour l’enseignement et la recherche. Ce problème est hautement politique.  Nous sommes consultés souvent tard, ce qui est en notre défaveur, et nous devrons rester très attentifs.  

Pour aborder ces chantiers, l’Académie a une organisation bien rodée : Bureau, Sections, Commissions.  Mais cependant, au-delà de cette organisation, chaque membre doit pouvoir s’exprimer et donner des idées constructives, originales mais réalistes. Plus que jamais, nous avons besoin de votre « feedback » pour améliorer nos actions.

Je voudrais à présent remercier très chaleureusement plusieurs personnes, et tout d’abord les membres du Bureau qui font,  un travail collégial, efficace et non teinté d’esprit de clocher.

Jacques Brotchi fut un Président tout en nuances, mais suivant un sillon méthodiquement, le sillon de la défense de l’Académie.  Nous n’avons pas vu sa couleur politique.  Je suis daltonien donc je n’aurais pas pu voir sa couleur.  Par contre, sa couleur neurochirurgicale, elle, était souvent présente.

Merci Jacques et c’est grâce à votre action personnelle vis-à-vis du Ministre R. Demotte que l’allocation de fonctionnement qui avait diminué de 30 % entre 2011 et 2014, est remontée de 20 % en 2015 avec promesse de pérennisation jusqu’en 2018, fin de la législature. Merci. 

Merci aussi à M. le Secrétaire perpétuel, dont le travail sans relâche doit être souligné. Pour les nouvelles idées également et le suivi  accordé aux dossiers, merci. 

Cette année sera votre dernière à ce poste et des élections auront lieu fin octobre pour désigner le successeur. 

J’ai aussi une pensée aussi particulière pour le précédent Secrétaire perpétuel qui nous a quittés récemment, János Frühling, et qui fut un grand Secrétaire perpétuel.  

Merci à vous tous, membres de notre Académie, pour votre aide, pour vos idées.  Je remercie également mon épouse pour son soutien.

Finalement, souhaitons à notre Académie un bon 175ème anniversaire.