Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Pierre Maquet

 

(Ont pris part à la discussion : MM. les Prs A. Goffinet, J.-P. Brion, G. Moonen et J. Brotchi).

RÉGULATION DE LA VEILLE ET DU SOMMEIL : INFLUENCE SUR LE FONCTIONNEMENT CÉRÉBRAL NORMAL ET LES MALADIES NEUROLOGIQUES

par Pierre MAQUET (ULg), membre associé.                

La dette de sommeil et l’horloge circadienne sont deux processus fondamentaux qui contraignent en permanence le fonctionnement cérébral. La fluctuation des performances cognitives  et de l’humeur, une propension variable à l’endormissement, une variation de la consolidation mnésique sont autant de manifestations de leurs effets. Ces derniers s’expliquent par le lien étroit de ces deux facteurs avec des paramètres fondamentaux du fonctionnement neuronal et glial : régulation de l’équilibre redox, budget métabolique neuronal, homéostasie synaptique.  Ces mêmes facteurs influencent les processus pathologiques. La densité des paroxysmes intercritiques et des crises comitiales varie de manière circadienne et l’on connaît l’effet favorisant de la privation de sommeil sur les crises comitiales. Les accidents vasculaires surviennent de manière préférentielle à certaines heures du jour de même que l’efficacité et l’innocuité de la thrombolyse intraveineuse. Le patient souffrant d’une maladie d’Alzheimer présente un retard de phase circadienne et les altérations du sommeil favorise le dépôt des plaques amyloïdes par réduction de l’élimination de la b-amyloide. Les recherches actuelles tentent de démontrer que le respect des biorythmes tout au long de l’existence constitue l’un des éléments favorables à la préservation d’une bonne santé.