Académie royale de Médecine de Belgique

|

Nadège Zanou. Prix du Pr Christian Coërs 2014 - Présentation + Résumé

PRIX DU PROFESSEUR CHRISTIAN COËRS 2014

PRÉSENTATION DE Mme le Dr N. ZANOU,  

LAURÉATE DU PRIX PROFESSEUR CHRISTIAN COËRS 2014 

par

 Mme le Pr N. TOPPET-TELERMAN  

Le jury composé des professeurs Michel Fardeau, Thierry de Barsy, Georges Moonen, et sous ma présidence a attribué cette année à l’unanimité le prix du professeur Christian Coërs à Madame Nadège Zanou.

Agée de 35 ans, celle-ci est originaire du Bénin et docteur en médecine de l’Université d’Abomey-Calavi. Son curriculum est brillant, elle est assistante en Physiologie à l’Université catholique de Louvain et chargée de recherche au FNRS.

Son PhD en Sciences Biomédicales et Pharmaceutiques dans le laboratoire de Physiologie cellulaire sous la direction du professeur Philippe Gailly est intitulé : « Rôle des canaux TRP dans la physiologie du muscle squelettique normal et dans la physiopathologie du muscle dystrophique ». Son travail de recherche est consacré au dysfonctionnement de ces canaux responsables de l’entrée du calcium dans les cellules musculaires et aux facteurs qui contrôlent leur perméabilité. On sait en effet que dans les dystrophies la nécrose des fibres musculaires est liée à leur pénétration par le calcium qui active les protéases destructrices comme la calpaïne. 

Depuis la découverte en 1988 de la dystrophine, protéine mutée dans la maladie de Duchenne la taille de la molécule constitue un obstacle à son introduction dans les fibres musculaires et explique le retard de progrès thérapeutiques significatifs dans cette affection.

D’où l’idée d’un autre abord du problème que le Docteur Zanou  investigue dans son projet de recherche. Une meilleure connaissance des canaux calciques est fondamentale. Il importe de préciser lesquels sont impliqués dans la pénétration anormale du calcium dans le muscle dystrophique. Cette perméabilité accrue pourrait-elle être contrôlée en ralentissant l’évolution de la maladie? A cet égard, les souris dystrophiques dont le gène de la dystrophine est muté comme dans le maladie de Duchenne ou dont le gène de certains canaux calciques a été invalidé constituent de remarquables préparations expérimentales. 

Je laisserai Madame Zanou vous exposer plus en détails son projet qui apparaît d’ores et déjà comme directement corrélé à une éventuelle thérapeutique de la maladie de Duchenne.

Au préalable, je veux encore remercier Madame Coërs dont l’extrême générosité permet d’encourager des travaux aussi fondamentaux pour le traitement des maladies neuromusculaires.

_____________________                                                                                                                                                                                           

ROLE AND MECHANISMS OF ACTIVATION OF TRPV2 AND TRPV4 ION CHANNELS IN NORMAL AND DYSTROPHIC MUSCLE    

 par

Mme le Dr Nadège ZANOU (UCL)

 

La maladie de Duchenne est la dystrophie musculaire la plus dévastatrice caractérisée par une dégénérescence musculaire et une perte progressive de force extrêmement invalidante. Elle est due à l’absence de la dystrophine, une protéine du cytosquelette dont l’absence rend la membrane cellulaire apparemment plus fragile et sensible à l’étirement lors de la contraction excentrique.

Notre laboratoire a précédemment montré que l’absence de dystrophine provoque également un contrôle anormal de certains canaux ioniques membranaires.

Nous avons récemment montré que parmi les canaux ioniques mal contrôlés, les isoformes TRPC1 et TRPV2 (et/ou TRPV4) jouent un rôle particulièrement important. En effet, TRPC1 contrôle la vitesse de migration des myoblastes, leur différenciation en myotubes et est impliqué dans la régénération du muscle. TRPV2 (et/ou TRPV4) semble activé par l’étirement membranaire et son inhibition protège le muscle contre les dommages causés lors d’exercices excentriques; il joue manifestement un rôle crucial dans la physiopathologie de la maladie.

Nous proposons  donc de décrypter les mécanismes d’activation de TRPV2 et TRPV4 dans l’espoir de développer un traitement alternatif ciblé.