Académie royale de Médecine de Belgique

|

Décès du baron Jules François, membre titulaire

(Séance du 29 septembre 1984)    

 Décès du Professeur Jules FRANҪOIS, membre titulaire.

 (Annonce faite par le Président André DEVUYST)

Le baron Jules François, membre titulaire et ancien président de notre Compagnie, est décédé inopinément à Zermatt le 13 août 1984.  Il était né à Gingelom (Limbourg) le 24 mai 1907. 

Jules François étudia la Médecine à l’Université de Louvain. Agrégé de l’enseignement supérieur en Sciences ophtalmologiques, il devient professeur d’Ophtalmologie à l’Université de Gand et directeur de la Clinique ophtalmologique.

Ses funérailles furent célébrées à Gand le 21 août en présence d’une assistance nombreuse, où l’on retrouvait un parent, un collègue, un ami, un élève et surtout de nombreux Académiciens belges et étrangers ainsi que des représentants des sociétés ophtalmologiques de par le monde.  Il y avait aussi d’anciens malades venus lui rendre hommage, ayant bénéficié de son talent et de son art, autant que des soins éclairés qu’il leur avait prodigués.

Je suis insuffisamment informé pour vous parler de sa carrière, de ses publications, de ses ouvrages, ou de ses communications.

Le professeur François fut indiscutablement parmi nos membres celui qui reçut les plus nombreuses et les plus flatteuses distinctions, dont je ne vous ferai pas ici la très longue énumération.  Il me plaît cependant de rappeler que Sa Majesté le Roi lui avait conféré le titre de baron, en 1982.

J’ai assisté à ses émouvantes funérailles en compagnie notamment de notre confrère Verriest qui en tant que membre de notre Compagnie et tout autant qu’élève du professeur François, étant le plus indiqué parmi nous pour rendre hommage à son ancien Maître dont il rappela les mérites, tandis que le professeur De Laey insistait sur sa puissance de travail, et le doyen Vermeulen, sur le rayonnement de son art à travers le monde.  Ensuite des collègues étrangers ont apporté le témoignage de leur amitié et de leur admiration.

Une voix plus informée et plus spécialisée que la mienne fera l’éloge académique de notre regretté confrère au cours d’une prochaine séance.