Académie royale de Médecine de Belgique

|

Décès des Prs Georges Portmann, membre honoraire étranger, et Jacques Oudin, correspondant étranger

(Séance du 30 novembre 1985)  

(Annonce faite par le Président Jean LEQUIME)

Le Président annonce le décès du doyen d’âge, le Professeur Georges Portmann, membre honoraire étranger.

Il fut très longtemps professeur de Clinique oto-rhino-laryngologique à l’Université de Bordeaux et doyen de la faculté de Médecine de cette Université.  On peut considérer le Professeur Portmann comme un des pères de l’Oto-rhino-laryngologie moderne.  En particulier, il a poursuivi de nombreuses recherches sur l’oreille interne et a pu préciser la fonction du sac endolymphatique.  Les résultats obtenus ont eu, comme application  pratique, l’opération décompressive du labyrinthe dans certaines conditions cliniques.

Il est l’auteur de 18 volumes qui furent pour la plupart traduits en espagnol et en anglais ; parmi eux, citons son « traité de Chirurgie oto-rhino-laryngologie » et son livre consacré aux maladies de l’oreille, du nez et de la gorge.  En dehors de ces livres, il a publié quelque 600 travaux.

Le Professeur Portmann laisse aussi une œuvre littéraire non négligeable et ses livres se lisent avec intérêt ; je pense notamment à « Réflexions sur un monde désaxé » et au « Crépuscule de la paix ».

Membre de l’Académie nationale de Médecine et de diverses académies étrangères, docteur « honoris causa » de nombreuses universités, il avait été Correspondant de notre Compagnie en 1934 et Membre honoraire en 1961.

Ajoutons encore qu’il a joué un rôle politique important : sénateur de la Gironde, vice-président du Sénat, président de la délégation parlementaire à l’OTAN.

Le Professeur Portmann était incontestablement un homme remarquable et d’un format peu ordinaire.

***

Nous avons également appris, avec beaucoup de peine, le décès de notre confrère Jacques Oudin. 

Jacques Oudin est né à Dreux en 1908 et a fait ses études à l’Université de Paris.  Docteur en Médecine et docteur en Sciences, il entra à l’Institut Pasteur en 1936 et y fit toute sa carrière.  Chef de laboratoire dès 1944, il devint en 1956, chef du service d’Immunologie analytique, service spécialement créé pour lui.  Il accéda au poste de directeur de recherches au Centre national de la recherche scientifique en 1964.  

Notre Collègue a fait trois découvertes capitales : une nouvelle méthode d’analyse immunologique par précipitation  spécifique en milieu gélifié, l’allotypie et l’idiotypie.  De nombreux chercheurs considéraient, à juste titre, que ses travaux auraient dû lui valoir le Prix Nobel, quand il fut décerné l’an dernier à Milstein, Köhler et Niels Jerne pour leurs études sur les anticoprs monoclonaux ; sans lui, leurs travaux n’auraient pas été possibles.

Les honneurs scientifiques ne lui ont cependant pas manqué : prix de la « Fondation Gairdner », prix Paul-Erhlich, Médaille d’or du CNRS, grand prix de la Ville de Paris, etc… Il était membre de l’Académie des Sciences et de nombreuses sociétés scientifiques internationales.

Jacques Oudin avait été élu correspondant de notre Compagnie en 1970.

Nous présentons à sa famille nos condoléances très émues et nous déplorons vivement la disparition de cet éminent confrère.

L’Académie, debout, observe une minute de silence à la mémoire des deux disparus.