Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Frans De Meuter, membre titulaire

(Séance du 20 juillet 1985)

LA RAGE EN Belgique : SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE, PROPHYLAXIE ET THÉRAPEUTIQUE

par Frans DE MEUTER, membre titulaire, F. COSTY et A. MARCHAL (Institut Pasteur du Brabant, Bruxelles), collaborateurs.

Malgré les progrès considérables accomplis en matière de diagnostic et de vaccination, la rage reste un problème préoccupant dans beaucoup de pays, y compris la Belgique.  Dans la rage sylvatique, actuellement installée dans le sud de notre pays, l’animal transmetteur principal est le renard, les animaux domestiques étant secondairement atteints par la contamination.  La vaccinothérapie chez l’homme doit être complétée par l’administration d’immunoglobulines antirabiques d’origine humaine.  Le vaccin de choix, aussi bien pour la prophylaxie, post-exposition que pour la vaccination préventive chez l’homme, est celui préparé sur cellules diploïdes humaines.  La stratégie de lutte comporte des méthodes visant à réduire la densité vulpine, la vaccination des animaux domestiques et des mesures de police sanitaire.

SUMMARY

In spite of significant progress achieved in the field of diagnostics and vaccination, rabies still remains a preoccupying problem in numerous countries, including Belgium.  As regards sylvan rabies currently affecting the south area of our country, the fox is the main transmitting animal, with domestic animals affected secondarily only by contamination.  Vaccinotherapy for humans has to be supplemented by administering rabies immune globulin of human origin.  The preferred vaccine both for postexposure prophylaxis and for preventive vaccination in humans is he vaccine prepared from rabies virus grown in human diploid cell culture.  Combat strategy comprises methods designed to reduce vulpine density, vaccination of domestic animals and sanitary policing measures.