Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean Jacquet, correspondant étranger

(Séance du 20 juillet 1985)

Sur l'activité des vétérinaires biologistes.  CAS PARTICULIER DE LA MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE

La spécialisation de Vétérinaires dans la pratique du laboratoire est une caractéristique du siècle.  Cela suppose la possession indispensable du diplôme de base, la connaissance des élevages et une formation supplémentaire en biochimie, anatomo-pathologie, parasitologie, microbiologie ...) mais la polyvalence est de moins en moins compatible avec la spécialisation nécessitée par l'avancement de la science.

La microbiologie alimentaire a pris un essor considérable, que la génétique et la biotechnologie vont renforcer. Le rôle du Vétérinaire biologiste ne se limite pas à celui d'un laborantin : il doit connaître les limites des méthodes qu'il emploie - comprendre la réalité biologique - prévoir les préventions, le tout raisonné sous l'angle de la microbiologie, faire preuve d'ouverture d'esprit. Divers exemples touchant aux diagnostics biologiques, aux intoxications alimentaires, au métabolisme des mycotoxines, en montrent la nécessité.

A côté d'applications pratiques, qui sont le garant même de la santé publique, une connaissance approfondie de l'évolution scientifique s'impose pour le vétérinaire biologiste. D'où la nécessité d'une bibliographie complète, et celle-ci sans cesse s'hypertrophie. Malgré l'informatique, des monographies exhaustives doivent être réalisées.

SUMMARY

The Veterinarian specialisation in laboratory practice is a century caracteristic. It obligatory requests the fundamental certificate, the breeding knowledge and an additional formation in biochemistry, anatomopathology, parasitology, microbiology ... but polyvalence is less and less compatible with the specialisation necessitated by the scientific progress.

The food microbiology is greatly thriving, mainly with the development of genetics and biotechnology. Veterinary Biologist role is not the restricted laboratory-technician's one : he has to know the limits of the method he uses - to understand the biological reality - to forsee the preventions, in the microbiological view, he also has to own a great sight of view. Concerning biological diagnosis, food intoxications, mycotoxin metabolism, various exemples show its necessity.

Beside practical applications, which are the waranty of the public health, a deep knowledge of scientific evolution is a duty for the veterinary biologist. For that a complete bibliography is needfull; and always hypertrophied.  In spite of the informatics, monographies have to be realized without any oblivion.