Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Armand André, membre titulaire

(Séance du 28 novembre 1987)  

SIDA, ASPECTS ÉTHIQUE ET JURIDIQUE         

par Armand ANDRÉ (Institut de Médecine légale de l’Université de l’État à Liège et Centre de transfusion sanguine), membre titulaire.

Si le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) pose beaucoup de problèmes au point de vue clinique, il en pose également au point de vue éthique et juridique dans le cadre du respect des « droits de l’homme ».  C’est pourquoi il convient d’être prudent dans l’élaboration de toute législation.

Une revue très rapide de diverses législations promulguées dans certains pays montre que si certaines décisions reposent sur des éléments objectifs, par contre d’autres reposent sur des éléments subjectifs.

Il est utile de signaler que c’est en matière de transfusion que les premières dispositions ont été prises, et ce dans pratiquement tous les pays où la transfusion avaient atteint un haut niveau de technicité.

En Belgique, des mesures ont été édictées en matière de transfusion ainsi que pour l’information nécessaire du public et le soutien médico-psychologique adéquat.

Il importe de ne pas envisager des mesures législatives trop coercitives qui, de toute façon, doivent respecter la confidentialité.

SUMMARY  

The acquired immune deficiency syndrome (AIDS) raises not only many problems from the clinical point of view, but also from the ethical and juridical viewpoints within the framework of the respect of “human rights”.  This is why much caution must be exerted when considering any form of legislation.   

A brief survey of various rules and regulations laid down in some countries show that some arguments are based on objective elements while others are based on subjective ones.

It should be said that it is in the field of transfusion that the first steps were taken, practically in all countries where transfusion had reached a high degree of technicity.

In Belgium, measures have been taken with regard to transfusion, as well as those required in order to inform the public and to afford appropriate medico-psychological help.

It is important not to exert too much coercion and the steps taken must, in all cases, respect confidentiality.