Académie royale de Médecine de Belgique

|

Claude Saegerman (ULg), membre associé - Vidéo + Résumé

Rôle potentiel des animaux domestiques dans la transmission du virus de la maladie d’Ebola

Claude Saegerman*, Olivier Bourry, Karine Petit, Florence Etore, Noël Tordo, Nadia Haddad

 

*claude.saegerman(at)ulg.ac.be

 

La fièvre hémorragique à virus Ebola est une zoonose à mortalité élevée chez l’homme. Elle est apparue pour la première fois en 1976, date à laquelle elle a été responsable de deux épidémies simultanées au Soudan et en République démocratique du Congo (RDC). Jusqu’à l’importante épidémie ayant débuté en 2013 en Afrique de l’Ouest, elle survenait principalement dans le centre de l'Afrique intertropicale. Elle peut être transmise à l'homme à partir d'un animal ou d'une personne infectée. Les chauves-souris frugivores sont supposées héberger le virus sans présenter de signes cliniques et constitueraient son réservoir naturel. Plusieurs hypothèses sont envisagées sur les modalités de transmission initiale du virus de la maladie d’Ebola à l’homme : un contact étroit avec des liquides biologiques ou des tissus d’animaux infectés de la forêt tropicale comme des chauves-souris frugivores, des singes (chimpanzés et gorilles) ou des céphalophes (antilope des bois). L'Organisation mondiale de la santé recommande ainsi d’éviter tout contact avec des animaux sauvages dans les zones touchées, notamment avec les chauves-souris, les singes et les rongeurs, ces derniers pouvant également transmettre l’agent d’une autre fièvre hémorragique virale de classe 4 en Afrique de l’Ouest, le virus de la fièvre de Lassa. Une étude d’Allela et collaborateurs (Emerging Infectious Diseases, 2005, 11(3), 385-390), a également exploré le rôle potentiel du chien, concluant qu’il pouvait constituer un facteur de risque pour l’homme, et jouer un rôle dans la diffusion du virus Ebola.

Depuis la fin 2013 (premières notifications le 22 mars 2014), le virus de la maladie d’Ebola est responsable d’une épidémie sans précédent en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, qui s’est depuis lors propagée au Nigeria, au Sénégal et au Mali (aujourd’hui résolue dans ces trois pays). Un foyer sans rapport avec le précédent a également été rapporté en RDC lequel est actuellement éteint. Des mesures de protection visant à limiter l’extension de l’épidémie sont appliquées dans de nombreux pays africains ou hors Afrique, de manière à identifier et prendre en charge rapidement les nouveaux cas. Certaines de ces mesures ont concerné deux chiens appartenant à des personnes infectées secondairement hors d’Afrique, en soignant des patients infectés par le virus de la maladie d’Ebola, et rapatriés le premier en Espagne et le deuxième aux Etats-Unis.

Compte tenu de la gravité de cette maladie (zoonose majeure), de l’impact sociétal d’éventuelles applications de mesures de précaution, et dans l’objectif de permettre aux ministères concernés de décider avec le maximum d’éléments d’appréciation de mesures de gestion éventuelles, l’Anses a été saisie, le 24 octobre 2014, d’une demande d’avis sur le rôle potentiel des animaux domestiques (carnivores domestiques, et plus généralement espèces animales réputées sensibles) dans la transmission à l’homme du virus de la maladie d’Ebola.

L’objectif était de faire un état des lieux des connaissances sur les fièvres hémorragiques à Filoviridae qui pourraient être liées à un cas humain importé en France et pouvant être en contact avec des animaux domestiques (qu’il s’agisse d’animaux de compagnie, d’animaux de travail ou considérés comme tels, etc.).

L’Anses a répondu à ces questions dans son avis du 30 décembre 2014 (https://www.anses.fr/sites/default/files/documents/SANT2014sa0229.pdf).