Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Philippe Meyer, correspondant étranger

(Séance du 26 novembre 1988)  

MÉCANISMES CELLULAIRES DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRIMAIRE               

par Philippe MEYER (Département de Pharmacologie et U7 Inserm/UA 318 CNRS – Hôpital Necker, Paris), correspondant étranger, et P. MARCHE, S. KOUTOUZOV, M.Y. BAUDOUIN-LEGROS, S. DURANT et J.-L. PAQUET, collaborateurs.

Une pathogénie humorale, impliquant hormones vaso-actives et minéralocorticoïdes, a été habituellement évoquée à l’origine de l’hypertension. De nombreux arguments militent cependant en faveur d’un mécanisme cellulaire primitif. Nous présentons ici les résultats obtenus dans notre laboratoire plaidant en faveur de cette thèse. Les plus suggestifs concernent le métabolisme des phospho-inositides membranaires. Une hyperréactivité de la phospholipase C détermine la formation d’inositol triphosphate et de diacylglycérol, responsable de la contraction et de la croissance des cellules artérielles Elle peut en particulier exprimer certains oncogènes tels que c-ras. Les mécanismes initiaux de l’hypertension artérielle et du cancer emprunteraient ainsi à leurs phases initiales, des voies identiques et physiologiques.