Académie royale de Médecine de Belgique

|

In Memoriam Carlos Luis de Cuenca, membre honoraire étranger

(Séance du 26 octobre 1991)

par Albert De Vuyst, membre titulaire

 

Le Professeur Carlos Luis de Cuenca, membre honoraire étranger de notre Compagnie, est décédé à Madrid, le 21 août 1991, à l'âge de 76 ans.

Monsieur de Cuenca était un Espagnol dans toute l'acception du terme. Sa vie durant, il a oeuvré pour favoriser le développement et le rayonnement scientifique de son pays.

Il étudie la médecine vétérinaire à Madrid, puis se spécialise en génétique animale et ouvre ainsi la voie à une série de recherches qui contribueront à améliorer l'économie de l'Espagne qui vivait pauvrement après la guerre civile. Il donne un enseignement de génétique animale très apprécié. Il développe encore la production avicole en croisant diverses races de volaille importées des Etats-Unis. Il augmente la production d'oeufs et de viande de volaille qui sont les moins chers et les plus utiles comme source de protéines. Il installe aussi dans sa propriété des couveuses, produisant journellement des milliers de poussins d'un jour, envoyés quotidiennement par avion à travers l'Espagne.

Le cheptel ovin espagnol se compose de trente millions de moutons dont la qualité de la laine et de la viande laisse à désirer. Par la sélection et l'alimentation, et aidé par les grands propriétaires de troupeaux, il améliorera d'une façon remarquable la qualité de ces productions.

La production de taureaux de combat est très suivie en Espagne; il est important d'augmenter l'agressivité de ces animaux utilisés pour un sport encore très à l'honneur dans le pays. C'est une sélection à laquelle de Cuenca a contribué.

Siégeant à la Chambre des Cortès, il entend ses collègues se plaindre de la modicité du budget espagnol et aboutit à la conclusion que le pays resterait pauvre jusqu'au moment où il trouverait de nouvelles ressources et, principalement, si le tourisme contribuait à la moitié du budget de l'Etat. D'où l'idée du Professeur de Cuenca d'attirer en Espagne des "touristes de haut niveau", un public scientifique susceptible d'apporter aux participants à des réunions et des colloques, le fruit des travaux et des recherches, afin de favoriser le progrès scientifique dans des domaines divers, mais bien précisés. C'est en réalité le point de départ de l'organisation de congrès mondiaux et de réunions internationales dont il assumera la charge.

Monsieur de Cuenca invite à Madrid des représentants de trente-deux pays, leur soumet son projet et demande leur collaboration s'ils estiment l'idée valable.

Si, pour organiser un congrès, il convient de disposer d'une grande ville d'accès facile, de préférence de soleil, d'hôtels et de restaurants en temps voulu, il faut aussi réunir des scientifiques qui apporteront des idées et le fruit de leurs travaux, notamment des têtes d'affiche mobilisatrices d'une bonne participation et justifiant le déplacement. Il nous citait l'exemple d'un congrès d'éthologie où avait été invité Konrad Lorenz pour parler de ses petits canards: l'auditoire était comble.

Avec d'autres collègues, j'ai accepté l'idée, et ceci fut le point de départ d'une collaboration de quarante années pendant lesquelles nous avons organisé des congrès mondiaux, des réunions nationales et internationales, une série de colloques dans le domaine de la nutrition, de la génétique et de l'éthologie animales.

Afin de mettre sur pied cette initiative, il demande audience au Chef de l'Etat, reçoit le feu vert et les crédits pour réaliser ses objectifs.

Après le décès du général Franco, et vu le  succès considérable de ces réunions, de Cuenca se met en rapport avec le Roi Juan Carlos qui l'autorise à continuer à faire rayonner de telles acquisitions scientifiques à travers le monde.

En 1980, il est appelé, au titre de Secrétaire général, à organiser les congrès mondiaux vétérinaires qui se tiennent tous les quatre ans. Il terminait l'organisation du vingt-quatrième congrès devant se tenir à Rio de Janeiro huit jours après son décès.

En 1980 également, il avait fondé l'Académie des Sciences vétérinaires de Madrid, qui fonctionne comme l'Académie royale et nationale de Médecine d'Espagne, et siège dans les locaux de celle-ci.

Au cours d'une séance générale extraordinaire, le 17 mars 1988, Sa Majesté le Roi fut reçu "Président d'Honneur" de cette Académie et, à titre de réciprocité, le Souverain lui conféra le titre d'"Académie royale des Sciences vétérinaires".

Pour cette brillante carrière, le Professeur de Cuenca a été honoré par de multiples distinctions civiles et scientifiques, dont quatre doctorats "honoris causa".

Notre Compagnie a perdu un membre honoraire dont je n'ai pu que résumer les activités.

Moi, j'ai perdu mon meilleur ami.