Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la commission "Nutrition et environnement"

La parole est donnée à M. A. Lafontaine qui présente les conclusions d’un rapport établi par la commission « Nutrition et environnement » sous le titre : « Faut-il enrichir nos aliments en vitamines ? La frontière entre nutriments et médicaments ».

            Les conclusions de ce rapport peuvent s’énoncer comme suit :

1)    L’apport vitaminique indispensable peut et doit être assuré par une alimentation variée ; les vitamines sont présentes dans les aliments les plus simples, les moins coûteux.

Le public doit être l’objet d’une éducation nutritionnelle qui vise, dès la tendre enfance, à faire respecter une alimentation diversifiée. Les autorités responsables de la Santé publique doivent en convaincre la population et le corps médical, et éviter une tolérance permettant une distribution incontrôlée de vitamines, soit sous une forme pseudo-médicamenteuse, soit via l’enrichissement des denrées.

2)    Les technologies appliquées à la préparation des aliments doivent éviter de détruire les vitamines présentes et cela aussi bien au niveau domestique qu’industriel. Cette question justifie également une intervention des autorités sanitaires et une information appropriée des services et personnes intéressés.

3)    S’il est indéniable que des carences en vitamines peuvent exister et s’il est nécessaire de suivre la situation par des enquêtes nutritionnelles périodiques, la prévention de telles carences revient d’abord à assurer à l’individu une alimentation naturelle et variée. La prescription de vitamines et de produits vitaminés doit être l’objet d’une décision, cas par cas, d’ordre médical. Ce qui signifie que les vitamines et les produits vitaminés doivent être considérés comme des médicaments qui s’adressent à des états cliniques reconnus ainsi qu’à certains états physiologiques temporaires.

Des commentaires sont apportés à ce sujet et il est souligné que la question intéresse également nos pays voisins, la France tout particulièrement.

Séance du 17 juillet 1993.