Académie royale de Médecine de Belgique

|

Commission "Environnement et alimentation"

C’est ensuite M. J. Beumer qui, au nom de la commission « Environnement et alimentation », présente un rapport sur la « contamination microbiologique des aliments et répercussions sur la santé humaine ».

            Etant donné qu’en 1991, en Belgique, on a déclaré 1246 salmonelloses, 53 shigelloses, 108 yersinioses, 228 hépatites A., qu’on a relevé par ailleurs 266 campylobactérioses pour la seule région néerlandophone, et qu’en 1992 la listériose a été à l’origine, en France, de 51 décès sur 275 cas d’infections reconnues, l’Académie se sent préoccupée et estime indispensable de renforcer les exigences réglementaires :

1°) n’utiliser pour l’alimentation humaine que des produits biologiquement sains au départ ;

2°) renforcer le contrôle vétérinaire pour les aliments d’origine animale ;

3°) renforcer les règles d’hygiène pour le personnel, les locaux et le matériel impliqués dans la préparation et la conservation des aliments ;

4°) prescrire des conditions sévères pour la fabrication des conserves et des produits laitiers.

Il est indispensable par ailleurs :

1°) d’informer et d’éduquer les responsables et le personnel des artisans de l’alimentation (bouchers, charcutiers, pâtissiers, traiteurs) et des cuisines collectives (cantines, restaurants) ;

2°) d’imposer aux entreprises de préparation et de distribution de restauration collective, un auto-contrôle par des laboratoires agrées ;

3°) d’informer le public et, en particulier les responsables de la conservation des denrées et de la préparation des mets au niveau domestique, des risques liés à certains produits, à certaines manipulations et à de mauvaises conditions de conservation ;

4°) de disposer au niveau des départements ministériels concernés (Santé publique, Agriculture) d’un personnel qualifié en nombre suffisant pour organiser un contrôle efficace, depuis le prélèvement des échantillons jusqu’aux analyses indispensables ;

5°) de renforcer ou d’approprier les mesures à appliquer en cas de manquements aux prescriptions concernant la qualité microbiologique des aliments.

L’Académie, saisie de la motion, dans cette même séance, l’approuve à l’unanimité.

Séance du 27 février 1993.