Académie royale de Médecine de Belgique

|

In Memoriam Pr André Lemaire, membre honoraire étranger

(Séance du 25 juin 1994)

« In memoriam » le Professeur André Lemaire, membre honoraire étranger,   

par Albert de Scoville, Secrétaire perpétuel.

 
Je voudrais également évoquer la mémoire et la carrière de M. le professeur André Lemaire, Secrétaire perpétuel de l’Académie nationale de Médecine de France, de 1975 à 1986.

Monsieur André Lemaire est né à Monthermé, dans les Ardennes françaises, en 1898.  Il fut titulaire de la chaire de Pathologie expérimentale et de la chaire de Clinique médicale à la faculté de Médecine de Paris, à Saint-Antoine, puis doyen de cette faculté de 1964 à 1969.

André Lemaire est l’auteur de près de 400 publications.  Parmi celles-ci, il convient de signaler un ouvrage sur les « stimulines hypophysaires », paru chez Masson déjà en 1950, ainsi que de très nombreux travaux portant principalement sur la pression du liquide céphalorachidien, la circulation sanguine dans le système porte, le traitement des artérites des membres inférieurs, les variations de cholestérol sanguin et la signification pathologique de celui-ci, le métabolisme de l’héparine au moyen de l’héparine marquée par le soufre radioactif, ainsi que d’autres articles sur la pathologie et la thérapeutique des maladies du foie, des voies biliaires et de l’appareil digestif.

Les titres de M. André Lemaire peuvent se résumer comme suit : professeur de Médecine expérimentale et comparée de 1948 à 1955 ; professeur de Clinique médicale à l’Hôpital Saint-Antoine, de 1955 à 1970 ; président de l’ « Union internationale thérapeutique », de 1960 à 1970 ; secrétaire général du congrès des médecins de langue française en 1954 ; fondateur des « Journées médicales d’Afrique noire » en 1960.

Car André Lemaire a réalisé de nombreuses missions, de 1946 à 1966 au moins, tant en Afrique qu’en Extrême-Orient et ce, à la demande du ministère français des Affaires étrangères.  Il a donc passé de longs séjours au Vietnam, au Cambodge, au Laos, où durant plus de vingt années, il tenta de maintenir en Extrême-Orient, tout comme en Afrique, la présence et la pensée médicales françaises.

Il convient encore de rappeler que le professeur André Lemaire était médecin lieutenant-colonel honoraire du Service de Santé des Armées, dans le cadre duquel il remplit de nombreux devoirs et rendit d’éminents services : ceux-ci lui ont valu l’attribution de l’Ordre de la Légion d’Honneur, dont il était Commandeur depuis 1957, et l’attribution de l’Ordre du Mérite de France, dont il était Grand Officier depuis 1972.

Je voudrais encore dire qu’en sa qualité de membre, puis de secrétaire perpétuel de l’Académie nationale de Médecine de France – quand il a succédé au professeur Lamy et avant celui-ci au professeur Henri Bénard, ainsi que tout autant en qualité de correspondant étranger depuis 1976, puis de membre honoraire étranger depuis 1978, de notre Académie – M. André Lemaire s’est toujours efforcé, en pleine collaboration avec nous, de raffermir et d’amplifier les liens privilégiés qui unissent nos deux « Compagnies-sœurs ».

Rappelons à ce sujet que plusieurs séances conjointes des deux Académies de sont déroulées, avec son accord enthousiaste et sa participation très active : elles se tinrent soit à Bruxelles, soit à Paris, et ce dans l’optique que d’autres éminents confrères et collègues français avaient tracée : M. le professeur Robert Debré, d’une part, ainsi que notre excellent confrère et ami, M. le professeur André Sicard, d’autre part.

Comme André Lemaire me l’écrivait dans sa lettre de remerciements, le 21 novembre 1978, quand il reçut son arrêté royal confirmant son élection en qualité de membre honoraire étranger : « … vos aimables félicitations … s’étendent de même à ceux de vos associés au sein de l’Académie nationale de Médecine à Paris, associés que la géographie, mais non le cœur, définit comme étrangers ».

Rappelons également qu’en qualité de président de l’ « Union internationale thérapeutique » (1960-1970), le professeur André Lemaire entretint les meilleures relations, très fréquentes et très suivies, avec nombre de collègues universitaires belges, particulièrement dans le domaine de la Médecine interne.

Le Professeur André Lemaire était docteur « honoris causa » des Universités de Munich et d’Abidjan.  Outre les nombreuses distinctions honorifiques qui lui avaient été décernées par la France, au titre civil ou militaire, il avait aussi été distingué dans les Ordres étrangers, notamment par la République de Côte-d’Ivoire et la République du Sénégal.  Notre Souverain, Sa Majesté le Roi Baudouin, lui avait attribué en 1986, la Croix de Commandeur dans l’Ordre de la Couronne, distinction qui lui fut remise – en même temps qu’à notre éminent confrère également regretté, le professeur Jean Hamburger, ainsi qu’au Professeur André Sicard – par S.E. l’Ambassadeur de Belgique en France, M. Luc Smolderen.

C’est hier vendredi 24 juin, que la cérémonie religieuse et les funérailles du Professeur André Lemaire ont été célébrées en l’église St. François-Xavier, à Paris, à 8 heures du matin, dans la plus grande simplicité.

M. le Président, puis-je vous demander de faire respecter par l’Académie, dans le souvenir et le recueillement, la mémoire de ces très distingués et éminents confrères, nationaux et étrangers, que notre Compagnie s’honore d’avoir comptés dans ses rangs.

L’Académie, debout, se recueille en silence en mémoire de ses membres récemment disparus.